Relever les défis mondiaux - Un forum élabore une stratégie sur la diaconie

Objectif : définir une vision commune tout en renforçant la capacité de collaboration des Églises. Le forum, convoqué par le Conseil œcuménique des Églises (COE), a eu lieu du 3 au 6 octobre au Centre œcuménique de Genève. Il a eu pour objectif de renforcer la collaboration œcuménique sur la diaconie et le développement ; de mettre en place des stratégies pour tirer parti de l’impact national ; et de fournir une feuille de route pour l’accompagnement œcuménique de l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable.

Le forum, convoqué par le Conseil œcuménique des Églises (COE), a eu lieu du 3 au 6 octobre au Centre œcuménique de Genève. Il a eu pour objectif de renforcer la collaboration œcuménique sur la diaconie[2] et le développement ; de mettre en place des stratégies pour tirer parti de l’impact national ; et de fournir une feuille de route pour l’accompagnement œcuménique de l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable.

Le Dr Agnes Abuom, Présidente du Comité central du COE, a décrit le forum comme un élément essentiel d’un voyage entrepris ensemble, car il permet d’évaluer le contexte et l’impact des différents ministères. « Par ailleurs, le forum est l’occasion de réfléchir et de planifier ensemble l’avenir, en reconnaissant nos divers rôles et leur interdépendance », a-t-elle confié. « Le thème revêt une importance capitale pour nous tous et nos institutions, car il fait écho à nos identités et mandats en tant qu’organisations confessionnelles et, de manière plus globale, en tant que mouvement œcuménique. »

Lors de son allocution, le Pasteur Olav Fykse Tveit a déclaré … : « Lorsque nous tentons de discerner les signes de notre temps, nous observons de nombreuses tendances vers différentes quêtes de l’unité. »

Le Pasteur Olav Fykse Tveit a également déclaré : « On observe un nouvel élan en faveur de l’unité de l’Église. Le lien qui existe entre une nouvelle quête de l’unité et une nouvelle quête de la diaconie œcuménique devrait se manifester au travers d’initiatives innovantes axées sur une plus grande responsabilité mutuelle. »
Et de conclure : « Dans un objectif de renouvellement continu et de réforme constante des Églises et des sociétés humaines, nous ne pouvons pas attendre de voir émerger des figures comme Martin Luther ou Martin Luther King. Nous devons et pouvons tous être des agents du changement en faveur de l’unité, de la justice et de la paix. »…« Pour la Fédération luthérienne mondiale, le partenariat ne peut être défini que comme un accompagnement », a expliqué son Secrétaire général, le Pasteur Martin Junge. « En ces temps de fragmentation et de problèmes de communication, notre capacité à rester unis et à travailler ensemble en tant que partenaires de la diaconie témoigne du pouvoir de l’Évangile de Jésus-Christ dans nos cœurs. » Il a également souligné la nécessité d’investir davantage dans l’éducation et la formation théologiques.

Rudelmar Bueno de Faria, Secrétaire général de l’Alliance ACT, a fait remarquer qu’au fil des années, les Églises ont joué un rôle majeur en matière de développement, et ce, sur presque tous les continents. « C’est quelque chose que nous ne pouvons pas ignorer, en particulier lorsque l’on songe au capital social qu’elles sont en mesure de mobiliser, notamment les bénévoles », a-t-il déclaré. « Personne n’est capable d’en faire autant. »

Et d’ajouter que nous sommes en train de vivre un changement d’époque. « Les conflits se multiplient partout dans le monde, entraînant un nombre record de réfugiés et de déplacés. Nous sommes confrontés à une montée du populisme aux quatre coins de la planète, aux discours de haine, à l’exclusion, à la discrimination, à la xénophobie, au racisme et à l’homophobie. »

« En tant qu’Églises et communautés de foi, nous ne pouvons pas garder le silence », a-t-il conclu. « Nous nous devons d’agir et de prendre position. »
Source : COE 4 octobre 2017

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse