Retrouver un texte très actuel publié par Alexandre Schmemann en 1971

Le site orthodoxie.com invite ses lecteurs à relire un texte de 1971 du père Alexandre Schmemann : La tempête significative, que le site de l’OLTR (le Mouvement pour une Orthodoxie locale de tradition russe en Europe occidentale) a mis en ligne. L’auteur raconte la complexité de l’Orthodoxie en Amérique du Nord à l’époque, les aspirations à l’autocéphalie, et la confrontation entre les patriarcats de Constantinople et de Moscou.

Retrouver un texte très actuel publié par Alexandre Schmemann en 1971
Le site orthodoxie.com invite ses lecteurs à lire un texte du père Alexandre Schmemann : La tempête significative que le site de l’OLTR (le Mouvement pour une Orthodoxie locale de tradition russe en Europe occidentale) a mis en ligne avec l’autorisation du père Stéphane Bigham. Ce texte est paru initialement en anglais, en 1971, sous le titre « A Meaningful Storm, some reflections on Autocephaly, Tradition and Ecclesiology », dans le journal de l’Institut Saint-Vladimir aux Etats-Unis (St. Vladimir’s Quarterly, vol. 15, n. 1-2, New York 1971, p. 4- 27). Cette version originale est disponible en version numérique. Jusqu’à présent, il n’existait qu’une version « papier » parue dans la revue Messager orthodoxe (n°133), (article publié en l’an 2000). Les lecteurs qui le souhaiteraient à se procurer la version imprimée peuvent le faire auprès de la librairie des Éditeurs réunis.

L’auteur raconte la complexité de l’Orthodoxie en Amérique du Nord à l’époque, les aspirations à l’autocéphalie, et la confrontation entre les patriarcats de Constantinople et de Moscou.

« En 1970, l’Orthodoxie en Amérique du Nord se structurait en plusieurs juridictions : 1) une grecque ; 2) trois russes ; 3) deux serbes ; 4) deux arabes ; 5) deux roumaines ; 6) une carpatho-russe et 7) quelques groupuscules que nous omettons dans l’intérêt de la simplicité. À l’intérieur de toute subdivision nationale, chaque groupe prétendait être la seule Église "canonique" et refusait toute reconnaissance aux autres. Les critères de cette "canonicité" étaient fort divers.

Cet éparpillement de l’Orthodoxie nord-américaine existait, de fait, depuis plusieurs décennies mais, curieusement, il n’a jamais provoqué la moindre consternation dans l’Église, du moins dans sa partie "officielle". En effet, personne ne semblait voir, ou être prêt à avouer, que l’Orthodoxie nord-américaine contredisait d’une manière flagrante tout ce que les érudits délégués orthodoxes aux réunions œcuméniques proclamaient être 1’ "essence" de l’Orthodoxie en tant que Vraie église, l’Una Sancta. Je suis certain que les historiens futurs s’étonneront grandement de cette "situation nord-américaine" faite de fragmentations successives, de procès juridiques, de polémiques passionnées et de manifestations de défiance…

La tempête a éclaté au début de 1970, lorsque l’une des plus grandes et des plus vieilles juridictions a mis fin à une longue querelle avec son Église-mère. Cette juridiction a demandé et a reçu un nouveau statut : la complète indépendance administrative, autrement dit : l’ autocéphalie ». Après 175 ans d’histoire sur ce continent, elle a éliminé le mot russe de son nom officiel, ce dernier n’ayant plus de sens ecclésiologique et a adopté une désignation géographique en Amérique, plus conforme à la réalité de son "adresse" et de sa vocation. Mais, si quelque 50 ans de chaos, de divisions, de confusion et de détérioration progressive ont laissé l’Église pratiquement indifférente, l’émergence d’une « Église orthodoxe en Amérique » a provoqué une tempête qui ne cesse de s’amplifier et qui touche maintenant toute l’Église orthodoxe. Pourquoi ? Parce que cette nouvelle entité ecclésiastique se fondait sur un principe simple et empirique : L’Église sur ce continent, après presque deux siècles d’existence, pouvait être indépendante et américaine… »

Pour lire l’article, voir https://orthodoxie.com/wp-content/uploads/2020/01/Tempete-significative-document-retrouve-OLTR.pdf

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse