Saint Denis

D’après Grégoire de Tours, le premier évêque de Paris est un missionnaire venu d’Orient, au nom grec : Denis, accompagné du prêtre Rusticus et du diacre Eleuthère, vers l’an 250.

Ils seraient morts décapités à Montmartre pendant la persécution de Valérien en 272. L’évêque Denis se serait même relevé et aurait porté sa tête pendant plusieurs mètres. Cette légende qui est à l’origine de l’iconographie de saint Denis, veut signifier symboliquement que dans l’Église on ne sépare pas la tête du corps, le Christ, du reste du corps. 

La légende ajoute que, en attendant le supplice, Denis célébra la messe pour fortifier ses compagnons. Or, à la fraction de l’hostie, le Seigneur lui-même leur apparut visiblement à tous avec une clarté indicible et encouragea Denis au martyr. C’est le sujet d’un tableau du Louvre, repris depuis le portail de la Basilique Saint-Denis.

Une chapelle fut édifiée sur leur tombeau et agrandie en 467 par sainte Geneviève. Dagobert fit transporter leurs reliques dans l’abbaye qu’il venait de fonder et qui devint l’abbaye Saint-Denis, sépulture des rois de France. Ce saint, devenu très populaire à Paris, inspira d’abord un pèlerinage, puis de nombreux artistes : Manuscrit du XVe ; Vitrail moderne à Saint-Jean-Baptiste de Belleville ; saint Denis présente à Notre-Dame l’évêque Mattifas de Buci, mort en 1304, peinture du XIVe siècle à Notre-Dame de Paris.

Certains auteurs anciens confondent saint Denis de Paris avec Denis l’aéropagite converti par saint Paul. Ce qui leur donne bien des soucis pour accorder les dates... 
 
Les archives du diocèse conservent une gravure représentant saint Denis et son martyr, qui fut offerte le 9 octobre 1840 à Mgr Denis Auguste Affre, le jour de la fête de son saint patron. L’auteur ne se doutait pas que Mgr Affre serait assassiné huit ans plus tard en essayant de rétablir la paix dans Paris insurgé.

Chronologie des archevêques

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse