Un nouveau directeur financier pour le diocèse

Après douze années à la tête du Pôle finances du diocèse, Pierre Prot prend sa retraite à la rentrée. Nous vous présentons son successeur, Laurent Le Chevalier.

JPEG - 227.8 ko
© D. R.

Il fait partie de ces personnes qui aiment se lancer de nouveaux défis. « Convaincu que beaucoup de choses peuvent s’apprendre, à condition d’être curieux », Laurent Le Chevalier a su saisir les opportunités au cours de sa carrière professionnelle. Avec une licence de sciences de la vie et de la terre en poche, ce Normand d’origine a commencé à travailler pour une PME, dans le domaine de la jardinerie. Il a gravi peu à peu les échelons, jusqu’à devenir directeur de magasin, puis responsable de région pour des enseignes de la grande distribution – Conforama et Leroy Merlin –, et directeur administratif et financier du Groupe Bertrand Restauration durant ces dix dernières années. Un selfmade-man ? Il balaie d’un revers de main cette expression. « Je suis plutôt un others-made-man, sourit-il. Ce sont les autres qui m’ont construit et m’ont fait évoluer. »

Vision à long terme

À l’âge de 56 ans, Laurent Le Chevalier prend un nouveau virage professionnel, fruit d’une longue maturation : « J’ai démissionné de ma précédente entreprise parce que j’ai discerné qu’il serait bon pour moi de changer d’univers. J’avais envie de servir le secteur du non-profit afin de mieux unifier ma vie professionnelle et mes convictions personnelles. » Son nouveau poste de directeur du Pôle finances du diocèse de Paris rejoint ses aspirations profondes de mettre l’environnement économique « au service de l’homme » et de participer à l’élaboration d’une « vision à long terme » – contrairement à de nombreuses entreprises qui gèrent seulement le court terme. « Au diocèse, le seul actionnaire qui nous demandera des comptes, c’est Dieu », plaisante-til. Ce père de quatre enfants est heureux de mettre ses compétences professionnelles « au service de l’Église ». Bénévole au Secours catholique et membre, avec sa femme, de la Communauté de vie chrétienne depuis 1990, il est particulièrement sensible à la pédagogie ignatienne qui l’aide à faire grandir sa foi. S’il vit à Antony (Hauts-de-Seine), Laurent Le Chevalier compte bien arpenter régulièrement les rues parisiennes. « Je ne suis pas du genre à me cacher derrière mes tableaux Excel, assure-t-il. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas la finance en soi, mais le travail en équipe, la visite du terrain – ici, particulièrement les paroisses – afin de mieux comprendre les choses, et surtout les rencontres avec les personnes. » Il laisse ainsi souvent la porte de son bureau ouverte pour que chacun se sente invité à y entrer.

Céline Marcon

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse