Un pas dans le dialogue entre protestants et catholiques à Bâle

Le 16 septembre, Gottfried Locher, président de la Communion d’Églises protestantes en Europe, et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, ont signé une déclaration d’intention sur le lancement d’un dialogue officiel sur la thématique de l’Église et de la communion d’Églises.

Le 16 septembre, une déclaration d’intention a été signée à Bâle. La Communion d’Églises protestantes en Europe et les catholiques romains s’engagent dans un dialogue sur la question de la communion d’Églises.

C’est officiel ! Les protestants membres de la Communion des Églises protestantes d’Europe (CEPE) et les catholiques romains parlent désormais de communion d’Églises ! Dimanche 16 septembre, dimanche du jeûne fédéral pour les suisses, Gottfried Locher, président de la CEPE et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, ont signé une déclaration d’intention sur le lancement d’un dialogue officiel sur la thématique de l’Église et de la communion d’Églises.

Cette signature a eu lieu au cours d’un culte au Münster de Bâle en présence notamment du conseiller fédéral Ignazio Cassis, chef du Département fédéral des Affaires étrangères de la Confédération suisse. « La CEPE représente à elle seule environ 50 millions de personnes dans plus de 30 pays. Si vous incluez les catholiques, vous représentez plus d’un milliard de personnes dans le monde entier, ici à la cathédrale de Bâle » a déclaré l’homme politique durant son discours. « Vous affirmez ici dans la cathédrale de Bâle que vous entrez dans “un dialogue officiel entre le Vatican et la CEPE” sur la compréhension de l’Église et de la communion ecclésiale. C’est une étape importante. Aussi, parce que dans le passé, ce n’était pas toujours ce qui vous réunit qui était mis en avant, mais souvent aussi ce qui vous sépare », a résumé Ignazio Cassis qui comparant ce travail de dialogue aux rencontres hebdomadaires du gouvernement suisse a constaté : « Sans respect mutuel, sans bons arguments et sans esprit de compromis (le Saint-Esprit nous aide peut-être aussi de temps en temps), le Conseil fédéral ne peut remplir ses tâches gouvernementales. »

Des années de préparation
De fait, Ignazio Cassis a parfaitement résumé les travaux préparatoires ayant mené à cette déclaration d’intention. Les premières rencontres entre la présidence de la CEPE et Kurt Koch ont en effet eu lieu dans les années 2011-2012, rappelle le rapport présenté à l’assemblée générale de la CEPE qui siège depuis jeudi à Bâle. Elles ont donné lieu à des consultations puis à un rapport commun. Ce travail préparatoire a permis de constater qu’il « existe davantage de convergences dans la compréhension des uns et des autres de la communion entre Églises qu’on avait anticipé. » Si le dialogue est officiellement lancé, aucun calendrier des travaux n’est fixé pour le moment. …

Un signe en direction des baptistes et des anglicans
Si un pas important a été fait par la CEPE dans son dialogue avec l’Église catholique romaine, la Communion a aussi réaffirmé sa volonté de dialogue avec d’autres communautés chrétiennes durant cette assemblée. L’évêque anglican Jonathan Gibbs ou Anthony Peck, secrétaire général de la Fédération baptiste européenne, ont par exemple également été invités à s’exprimer devant l’assemblée.
Source : Réformes.ch Protestinfo - Joël Burri, 16 septembre 2018

Actualité œcuménique

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse