Une coopération interreligieuse pour les réfugiés

Des chrétiens, juifs et musulmans déjà impliqués dans différentes formes d’aide aux réfugiés veulent lancer des initiatives interreligieuses qui seront menées par des musulmans.
Le 29 mai, à Berlin, dans une conférence de presse, des représentants de la Communauté de travail des Églises chrétiennes, du Conseil central des juifs et de celui des musulmans, ainsi que d’autres associations musulmanes, ont présenté cette action baptisée « Afin que les étrangers deviennent amis » qui s’inscrit dans une action plus vaste intitulée « Sais-tu qui je suis ? » qui a soutenu, entre 2004 et 2011, une centaine de réalisations œcuméniques du dialogue interreligieux.

Des chrétiens, juifs et musulmans déjà impliqués dans différentes formes d’aide aux réfugiés veulent lancer des initiatives interreligieuses qui seront menées par des musulmans.

Le 29 mai, à Berlin, dans une conférence de presse, des représentants de la Communauté de travail des Églises chrétiennes, du Conseil central des juifs et de celui des musulmans, ainsi que d’autres associations musulmanes, ont présenté cette action baptisée « Afin que les étrangers deviennent amis » qui s’inscrit dans une action plus vaste intitulée « Sais-tu qui je suis ? » qui a soutenu, entre 2004 et 2011, une centaine de réalisations œcuméniques du dialogue interreligieux.
Cette coopération d’aide aux réfugiés est d’ores et déjà soutenue au niveau du gouvernement fédéral à hauteur d’un demi-million d’euros.

L’archevêque catholique de Hambourg, Mgr Stefan Hesse, a estimé que cette action se devait de traduire dans la réalité quotidienne « le potentiel pacificateur et intégrateur des religions ». Ce qui lui importe, « c’est que le souci de l’homme cherchant protection ainsi que le dialogue entre religions soient mieux pris en charge ».

Pour la communauté juive, ce projet est « dramatiquement nécessaire », pour reprendre les mots du vice-président du Conseil central des juifs, Abraham Lehrer, notamment en raison des rumeurs de surpopulation étrangère en Allemagne. Pour sa part, le porte-parole du Conseil de coordinations des musulmans, Burham Kesici, a estimé que cette intégration ne pouvait se faire qu’au niveau local.

Quant à l’évêque évangélique, Rosemarie Wenner, elle voit cette initiative comme « l’ouverture de la porte » pour un dialogue interreligieux.
Source : KNA

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse