Violences et religions : un MOOC s’attaque aux origines du problème

L’Université de Genève a lancé, le 17 septembre, un cours en ligne sur les liens entre violences et religions. Principalement axé sur le christianisme et l’islam, ce programme de six semaines examine leurs fondements historiques pour comprendre les défis actuels.
Une occasion pour se rappeler que le Collège des Bernadins aussi publie les MOOC sur la théologie.

L’Université de Genève a lancé, le 17 septembre, un cours en ligne sur les liens entre violences et religions. Principalement axé sur le christianisme et l’islam, ce programme de six semaines examine leurs fondements historiques pour comprendre les défis actuels.
Par Laurence Villoz

« La violence ne vient pas de la religion en tant que telle, mais d’un projet politique. Chaque fois que le pouvoir politique a été donné à une religion ou qu’une religion a été instrumentalisée par le pouvoir, des comportements violents s’en sont suivis », explique Michel Grandjean, professeur d’histoire du christianisme à l’Université de Genève et initiateur du « Massive open online course » (MOOC), soit un cours en ligne ouvert à tous, sur la thématique « violences et religions ».

Ce cours public, centré essentiellement sur le christianisme et l’islam a débuté le 17 septembre sur la plateforme coursera.org. D’une durée de six semaines, il réunit plus de 25 spécialistes venant de Suisse, de France, de Belgique, du Canada et du Maroc. Principalement en français, le MOOC comprend également des parties en arabe et l’intégralité est sous-titrée tant en français qu’en arabe. « Chaque semaine, nous proposons une dizaine de séquences d’environ dix minutes sur une thématique spécifique », précise le professeur. Au total, plus de dix heures d’enregistrement.

La violence dans les textes fondateurs
La première semaine du cours examine les passages les plus violents de la Bible hébraïque, du Nouveau Testament et du Coran. Puis, le MOOC aborde le christianisme et l’islam à la période médiévale, avec notamment les croisades, la répression des hérésies et les conquêtes arabo-musulmanes. Le quatrième chapitre analyse donc l’Europe moderne : les guerres de religion, la conception que les réformateurs ont de l’hérésie et les prémisses d’une paix religieuse. Puis, c’est l’islam moderne, du XVIIIe au XXe siècle, qui est passé à la loupe : réformisme musulman, conflit israélo-palestinien et liberté religieuse. Fort de tous ces outils historiques et analytiques, l’étudiant découvrira au dernier chapitre les défis actuels face à la violence religieuse.

Information sur le MOOC
Le MOOC « Violences et religion » sera disponible sur la plateforme coursera.org. L’inscription est gratuite et ouverte à tous. Les étudiants qui en suivent l’intégralité et remplissent les questionnaires d’évaluation reçoivent un certificat. Jusqu’à maintenant, l’Université de Genève a publié 28 MOOC, 560 000 personnes s’y sont inscrites et 300 000 les ont suivis régulièrement.
Source protest-info - août 2018

N.B. Le Collège des Bernardins publie aussi des MOOC. Par exemple, d’octobre à décembre 2018, Sophie Binggeli proposera un nouveau MOOC de théologie intitulé « La porte de la foi ». Si vous souhaitez en savoir davantage sur le projet SINOD ou être tenu informé de nos prochains MOOC, inscrivez-vous dès aujourd’hui sur www.sinod.fr.

En bref

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse