L’Église
Catholique
À Paris

Découvrez le nouveau livre “Vladimir Ghika, professeur d’espérance”

Riche d’informations inédites, avec notamment des témoignages exclusifs sur sa détention dans les geôles communistes, cette biographie exceptionnelle rend compte de la vie et du ministère hors norme de ce prêtre du diocèse de Paris béatifié le 31 août 2013.

Préface de Mgr PHILIPPE BRIZARD.

Prince roumain, né orthodoxe, devenu catholique, ami proche de Jacques Maritain et de nombreux intellectuels catholiques, Vladimir Ghika est une haute figure de chrétien du XXe siècle. Ordonné prêtre à cinquante ans pour le diocèse de Paris, il a été le pionnier d’un dialogue fécond en vue de l’unité des chrétiens ente l’orient et l’occident européen. Il a également brillé par son immense charité ; il a créé une fraternité de prière pour les prêtres et une communauté de laïcs voués à l’évangélisation et il a promu, dans ses écrits et sa prédication, la « liturgie du prochain » et la « théologie du besoin ». Né à Istanbul en 1873 et mort à Bucarest en 1954, Vladimir Ghika a vécu deux séismes historiques : celui de la Première Guerre mondiale, où il a vu s’effondrer les empires et naître des États nationaux en Europe centrale, puis celui tout aussi dramatique de la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle idéologies et dictatures tentèrent de subjuguer le monde et s’affrontèrent en un combat sans merci.

La béatification de Mgr Vladimir Ghika sera célébrée le samedi 31 août 2013 à Bucarest, où il est mort en martyr, victime du communisme, en 1954. Cette biographie paraît à cette occasion, simultanément en Roumanie et en France. L’ouvrage, dont le texte même a servi de base à la « positio » du procès de béatification, est le premier sur Vladimir Ghika à exploiter des sources d’archives variées (services secrets roumains, ministères des affaires étrangères français et roumain, Archives vaticanes, Fonds Ghika à Paris, archives lazaristes, etc.) et pour beaucoup inédites, suite aux bouleversements politiques en Roumanie en 1989. De nombreux témoignages ont été également recueillis de la part de personnes qui ont été traduites en justice avec lui lors de son dernier séjour en Roumanie, qui se trouvèrent avec lui dans la prison de Jilava et, pour certains, ont veillé les derniers instants de sa vie.

FRANCISCA BALTACEANU est professeur à l’université de Bucarest. Elle a obtenu un doctorat en philologie et une licence en théologie. MONICA BROSTEANU est chargée de cours au Département des langues et littératures orientales à l’Université de Bucarest.

Collection « Histoire à vif », 496 pages dont un cahier photo de 16 pages, 34 €.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse