Les 25 ans du Séminaire de Paris

JPEG - 51.6 ko
P. Stéphane Duteurtre, supérieur du Séminaire de Paris.
© Céline Marcon

P. N.-D. – Le Séminaire de Paris fête, cette année, les 25 ans de sa fondation. Quels sont ses piliers essentiels ?

P. Stéphane Duteurtre – Comme bien des institutions de formation en France, il a été créé quelques dizaines d’années après le concile Vatican II. Le cardinal Jean-Marie Lustiger a voulu l’adosser à l’École Cathédrale, lieu de formation de tous les fidèles chrétiens. Il a en outre souhaité que les séminaristes vivent dans une communauté de taille restreinte : des maisons de huit à douze membres avec deux prêtres formateurs, proches des paroisses. Cette intuition nous prive d’une visibilité (que nous mériterions !), mais c’est un moyen très fécond pour préparer les séminaristes à vivre la fraternité et la collaboration dans le presbyterium (l’ensemble des prêtres qui œuvrent avec l’évêque). Ce modèle diffère de celui des séminaires auxquels nous étions habitués en France, qui étaient plutôt de type monastique, mais rappelle certaines expériences du XVIIe siècle, initiées, entre autres, par saint Vincent de Paul. Enfin, avec le recul, nous voyons que l’inscription de ce séminaire au cœur de Paris, au contact de réalités sociales et culturelles en apparence profondément éloignées de l’Église, est un aiguillon puissant pour préparer les séminaristes à leur futur ministère et aux défis de la nouvelle évangélisation. Aujourd’hui, avec près de 80 séminaristes, c’est l’un des plus grands séminaires diocésains de France.

P. N.-D. - Quels événements vont marquer, cette année, le séminaire ?

P. S. D. – Il a été érigé il y a tout juste 25 ans (le 14 septembre 1989). Plus de 250 prêtres du diocèse y ont été formés, dont un sur six assure actuellement une mission en dehors de Paris. Ils sont tous invités, avec les fidèles parisiens, à la messe de rentrée le samedi 13 septembre à 18h30, au Sacré-Cœur de Montmartre (18e), qui sera présidée exceptionnellement par l’archevêque. Au cours de la messe, douze nouveaux séminaristes seront admis parmi les candidats au sacerdoce. Ce rite est une étape importante : après trois années de formation, l’évêque se prononce pour la première fois publiquement en faveur de la poursuite de leur cheminement. Cette automne, nous célébrerons aussi l’ordination diaconale en vue du sacerdoce de treize séminaristes, les 7, 20, 21 et 28 septembre. Enfin, tous les séminaristes se rendront à un pèlerinage à Rome, du 1er au 7 février, puis en retraite à Assise, en Italie, du 7 au 14 février. Par ailleurs, il se trouve qu’au niveau national, les évêques ont souhaité rassembler les 800 séminaristes de France à l’issue de l’assemblée plénière, à Lourdes, du 8 au 10 novembre, pour trois jours de pèlerinage. Depuis 2001, il n’y avait pas eu d’occasion de rendre visible ce groupe dans sa totalité : au milieu des transformations profondes de notre société, ces jeunes sont un don immense que Dieu fait à son Église ! • Propos recueillis par Céline Marcon

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse