Chers amis et paroissiens de Saint-Jean-des-Deux-Moulins,

Vous trouverez dans le feuille paroissiale ci-dessous toutes les informations relatives à la vie de notre paroisse.

A noter :
- En raison du couvre-feu, l’accueil paroissial fermera à 17h45 ainsi que l’église.
- Les messes du mercredi et du jeudi seront célébrées à 12h15.
- La fête paroissiale, prévue le dimanche 31 janvier, est reportée à une date ultérieure.

En raison de la crise sanitaire et de la « jauge » qui nous est imposée, il y aura deux messes le dimanche à 9h30 et 11h, afin de pouvoir tous vous accueillir. Merci d’être fidèle à l’horaire que vous avez déjà choisi la semaine dernière.

Père Jean-Christophe VINOT
et le Conseil Pastoral Paroissial

APPLI LA QUETE
Soutenez notre paroisse avec la quête en utilisant l’appli sécurisée « la Quête » que vous pouvez télécharger sur votre smartphone, puis :
• Rentrez vos informations personnelles
• Sélectionnez la paroisse Saint Jean des Deux Moulins
• Choisissez le montant de votre don

POUR LA CÉLÉBRATION DES MESSES : quelques consignes à respecter

⇨ Laisser libres deux sièges entre chaque personne ou entité familiale et occuper une rangée sur deux
⇨ Garder la feuille de messe distribuée, ne pas la reposer mais l’emporter avec soi
⇨ Manifester le geste de la paix d’un sourire ou d’un signe de tête
⇨ Conserver une distance avec les autres dans la file de communion et suivre le mouvement organisé pour que les personnes ne se croisent pas
⇨ Recevoir la communion uniquement dans la main
⇨ Sortir progressivement de l’église et ne pas rester attroupé devant l’édifice
⇨ Les personnes fragilisées sont invitées à se protéger en s’unissant spirituellement aux célébrations. Si vous connaissez une personne qui souhaite être visitée à domicile, nous vous invitons à la faire connaître auprès de notre paroisse.

DIMANCHE DE LA PAROLE DE DIEU

3ème dimanche du temps ordinaire

[…] 3. J’établis donc que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens. Il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle : célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique, parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide. […]

4. Le retour du peuple d’Israël dans sa patrie, après l’exil babylonien, fut marqué de façon significative par la lecture du livre de la Loi. La Bible nous offre une description émouvante de ce moment dans le livre de Néhémie. Le peuple est rassemblé à Jérusalem sur la place de la Porte des Eaux à l’écoute de la Loi. Dispersé par la déportation, il se retrouve maintenant rassemblé autour de l’Écriture Sainte comme s’il était « un seul homme » (Ne 8, 1). À la lecture du livre sacré, le peuple « écoutait » (Ne 8, 3), sachant qu’il retrouvait dans cette parole le sens des événements vécus. La réaction à la proclamation de ces paroles fut l’émotion et les pleurs : « Esdras lisait un passage dans le livre de la loi de Dieu, puis les lévites traduisaient, donnaient le sens, et l’on pouvait comprendre. Néhémie le gouverneur, Esdras qui était prêtre et scribe, et les lévites qui donnaient les explications, dirent à tout le peuple : « Ce jour est consacré au Seigneur votre Dieu ! Ne prenez pas le deuil, ne pleurez pas ! » Car ils pleuraient tous en entendant les paroles de la Loi. […] Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart ! » (Ne 8, 8-10).

Ces mots contiennent un grand enseignement. La Bible ne peut pas être seulement le patrimoine de quelques-uns et encore moins une collection de livres pour quelques privilégiés. Elle appartient, avant tout, au peuple convoqué pour l’écouter et se reconnaître dans cette Parole. Souvent, il y a des tendances qui tentent de monopoliser le texte sacré en le reléguant à certains cercles ou groupes choisis. Il ne peut en être ainsi. La Bible est le livre du peuple du Seigneur qui, dans son écoute, passe de la dispersion et de la division à l’unité. La Parole de Dieu unit les croyants et les rend un seul peuple. […]

Que le Dimanche de la Parole de Dieu puisse faire grandir dans le peuple de Seigneur la religiosité et l’assiduité familière avec les Saintes Écritures, comme l’auteur sacré enseignait déjà dans les temps anciens
« Elle est tout près de toi, cette Parole,
elle est dans ta bouche et dans ton cœur,
afin que tu la mettes en pratique »
(Dt 30, 14).

Extraits de la Lettre Apostolique « Aperuit Illis »,
30 septembre 2019, du pape FRANÇOIS

« Parle, Seigneur, ton serviteur écoute »

2ème dimanche du temps ordinaire

Dans notre vie, le Seigneur ne cesse pas de s’adresser à nous. En sommes-nous pleinement conscients ? Dans l’Ecriture, nous entendons de nombreux récits de vocations, d’appels à suivre le Seigneur, à se laisser guider, dérouter, conduire vers des horizons nouveaux. Pas plus que le jeune Samuel, dans le silence de la nuit, nous ne sommes habitués à entendre une voix qui nous conduit tout d’abord à nous interroger : est-ce bien à moi que l’on s’adresse ? Puis à se mettre en route afin de pouvoir clarifier le message auprès de celui qui pourra m’accompagner.

Pour beaucoup d’hommes et de femmes, il n’y a pas eu de voix venue du ciel mais la conviction intime que telle ou telle Parole de Dieu résonne en moi comme une interrogation pour ma propre vie. Dieu vient toujours nous chercher là où ne nous y attendions pas. Parfois, c’est comme une fulgurance, un coup de foudre, où la personne concernée laisse tout pour suivre Jésus ; le plus souvent c’est un chemin laborieux où nous risquons de refuser l’évidence.

« Venez et vous verrez », telle est la Parole du Christ adressée aux disciples de Jean le Baptiste, sur la rive du lac de Tibériade. Telle est cette Parole qui accompagne notre vie, tout particulièrement depuis notre baptême, depuis ce jour où nous sommes entrés dans cette relation personnelle à notre Seigneur.

Dieu parle toujours aux hommes, mais il convient pour cela d’entrer dans une attitude d’écoute et de redécouvrir peut-être la vertu du silence au cœur de notre grande métropole. Parfois le silence nous effraie, comme un vide insupportable qu’il faut à tout prix remplir par des sons, des écrans ou de l’agitation. Acceptons-nous de nous arrêter afin de disposer tout notre être à cette rencontre ? Pour certains, la crise sanitaire a permis de revisiter les ordres de priorité, de faire des choix, de revenir à l’essentiel dans les relations humaines et dans notre rapport à Dieu. Nous avons retrouvé le chemin de la prière en écoutant la Parole de Dieu. Quel message pour moi aujourd’hui ? Comment ce passage de l’Ecriture m’invite-t-il à reconsidérer mon existence et à me laisser modeler par l’action de l’Esprit Saint ?

Si Dieu nous parle aujourd’hui comme hier, il nous faut pouvoir vérifier cet appel afin de ne pas demeurer dans le subjectif. Pour cela, il convient de sortir de ce rapport parfois trop fréquent entre le moi et mon Dieu. C’est par l’accompagnement spirituel, la participation à un groupe d’échange et d’approfondissement, que nous pourrons véritablement formuler la réponse que Dieu attend de nous. Sortons de nos solitudes pour, en Eglise, accueillir la Parole de Dieu dans l’écoute attentive, le partage fraternel et la prière commune. Tout cela, nous sommes, bien sûr, appelés à le vivre et à le déployer en nous dans chaque Eucharistie.

Alors, avec le psalmiste, nous pourrons mettre en pratique ces paroles :
« Vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais.
J’ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.
 » Psaume 39

Père Jean-Christophe VINOT

« Tu es mon Fils bien-aimé »

Les anges avaient chanté, dans la nuit de Noël, la Gloire de Dieu et cette paix promise à la terre entière pour la naissance de l’Enfant-Dieu. Les mages, venus d’Orient, à l’écoute des signes des temps et de la Parole de Dieu, sont venus se prosterner devant l’Enfant-Roi de l’univers, en déposant leurs présents prophétiques.

Aujourd’hui, dans cette magnifique Epiphanie, auprès des eaux du Jourdain, le Christ est révélé dans sa mission pour le salut de toute notre humanité. Jésus, après cette période d’enfouissement dans la vie simple et humaine à Nazareth, est plongé dans cette eau à la suite de tous ceux qui se sont laissé toucher par les paroles du Baptiste. La voix qui crie dans le désert, l’appel à se laisser convertir par la Parole de Dieu proclamée dans ce lieu de silence, conduit tout un peuple à retrouver le chemin de l’Alliance pour entrer de nouveau dans la terre de la Promesse.

Lavés de leurs fautes, débarrassés de leurs scories, les contemporains du Christ peuvent alors vivre de nouveau en pleine communion avec le Dieu de leurs Pères : « Abraham, Isaac et Jacob ». Jésus, en descendant dans les eaux du Jourdain, montre sa solidarité avec toute cette humanité appelée à suivre le chemin de l’humilité et à reconnaitre son Dieu. Dans ce geste d’abaissement, qui préfigure déjà l’enfouissement au pied du Golgotha, le Christ est révélé comme le Fils par excellence qui vient réaliser totalement le projet du Père. « Non pas ma volonté mais ta volonté  ». En remontant des eaux du fleuve, ruisselant de tout ce que ses frères en humanité ont abandonné dans les flots purificateurs, Jésus prend sur lui tout ce poids des hommes en souffrance et annonce déjà, en figure, ce qu’Il réalisera dans son ultime passage, dans sa Pâque.

Cette fête du Baptême du Christ, nous donne à contempler la présence agissante de la Trinité au cœur de notre monde. Le Christ, pleinement plongé dans notre humanité, est attesté, par la voix du Père, comme son Fils bien-aimé sur lequel repose l’Esprit Saint. Nous pouvons aussi percevoir ce don reçu le jour de notre baptême, quand nous avons été plongés avec le Christ dans sa mort et sa Résurrection, accueillis comme fils et filles de Dieu par ce Père plein de tendresse qui désire réunir tous ses enfants autour de Lui et habités par la présence de l’Esprit qui fait couler en nous une vie nouvelle.

En ces temps où nous avons médité l’enfance du Christ, faisons mémoire aussi de notre croissance spirituelle qui ne sera jamais achevée mais qui se poursuivra si nous retournons sans cesse à la source de notre Baptême. C’est dans cet engendrement à la vie reçue dans le sacrement du Baptême que nous pourrons poursuivre notre chemin dans l’Espérance et accueillir toujours cette présence du Christ qui, en devenant notre frère en humanité, nous a fait entrer dans cette relation filiale au Père.

«  Voici le Dieu qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut..
 »Isaïe 12

Père Jean-Christophe VINOT

54ème JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX
LA CULTURE DU SOIN COMME PARCOURS DE PAIX

1. Au seuil de la nouvelle année, je souhaite adresser mes salutations les plus respectueuses aux Chefs d’État et de Gouvernement, aux responsables des Organisations internationales, aux leaders spirituels et aux fidèles des différentes religions, aux hommes et aux femmes de bonne volonté. J’adresse à tous mes meilleurs vœux pour que cette année puisse faire progresser l’humanité sur la voie de la fraternité, de la justice et de la paix entre les personnes, les communautés, les peuples et les États.
L’année 2020 a été marquée par la grande crise sanitaire de la Covid-19 qui est devenue un phénomène multisectoriel et global, aggravant des crises très fortement liées entre elles, comme les crises climatique, alimentaire, économique et migratoire, et provoquant de grands inconvénients et souffrances. Je pense surtout à ceux qui ont perdu un membre de leur famille ou une personne chère, mais aussi à ceux qui ont perdu leur travail. Un souvenir spécial s’adresse aux médecins, aux infirmiers, aux pharmaciens, aux chercheurs, aux volontaires, aux aumôniers et au personnel des hôpitaux et des centres de soins qui se sont prodigués, et continuent à le faire, au prix de grandes fatigues et de grands sacrifices à tel point que certains d’entre eux sont morts dans leur désir d’être proche des malades, de soulager leurs souffrances ou de leur sauver la vie. En rendant hommage à ces personnes, je renouvelle mon appel aux responsables politiques et au secteur privé pour qu’ils adoptent les mesures appropriées afin de garantir l’accès aux vaccins contre la Covid-19 et aux technologies indispensables nécessaires pour assister les malades et tous ceux qui sont plus pauvres et plus fragiles. […]

9. Il n’y a pas de paix sans la culture du soin
La culture du soin, cet engagement commun, solidaire et participatif pour protéger et promouvoir la dignité et le bien de tous, cette disposition à s’intéresser, à prêter attention, à la compassion, à la réconciliation et à la guérison, au respect mutuel et à l’accueil réciproque, constitue une voie privilégiée pour la construction de la paix. « En bien des endroits dans le monde, des parcours de paix qui conduisent à la cicatrisation des blessures sont nécessaires. Il faut des artisans de paix disposés à élaborer, avec intelligence et audace, des processus pour guérir et pour se retrouver  ».[25]
En ce temps où la barque de l’humanité, secouée par la tempête de la crise, avance péniblement à la recherche d’un horizon plus calme et serein, le gouvernail de la dignité de la personne humaine et la “boussole” des principes sociaux fondamentaux peuvent nous permettre de naviguer avec un cap sûr et commun. Comme chrétiens, nous tenons le regard tourné vers la Vierge Marie, Étoile de la mer et Mère de l’espérance. Tous ensemble, collaborons pour avancer vers un nouvel horizon d’amour et de paix, de fraternité et de solidarité, de soutien mutuel et d’accueil réciproque. Ne cédons pas à la tentation de nous désintéresser des autres, spécialement des plus faibles, ne nous habituons pas à détourner le regard,[26] mais engageons-nous chaque jour concrètement pour «  former une communauté composée de frères qui s’accueillent réciproquement, en prenant soin les uns des autres ».

Extraits du message du pape FRANÇOIS

Faire part

Noël et Dimanche de la Sainte Famille

Pour chaque évènement important qui touche nos familles, nous désirons en faire part à ceux que nous connaissons et qui seraient peinés de n’être pas mis au courant, comme mis de côté. Cette naissance que nous allons fêter, dans cette nuit sans couvre-feu, concerne toute notre grande famille humaine. Cet enfant placé dans la mangeoire vient parmi nous afin de nourrir l’espérance de notre monde enclin à la tristesse et au découragement.

Aujourd’hui, nous faisons part d’une Bonne Nouvelle : Dieu réalise sa Promesse. A force de chercher l’homme perdu, « Mais, où es-tu, Adam ? », Dieu a trouvé la réponse d’une humble fille d’Israël. « Et son nom était Marie ». Cette femme, remplie de l’Esprit Saint, qui porte en elle l’espérance de tout son peuple et des générations à venir. Cette maternité, rendue possible par la bienveillance et la tendresse de Joseph, fils de David, qui veille et permet que « tout s’accomplisse selon ta Parole ».

Au terme de notre veille de l’Avent, dans la nuit de Noël et tous les jours qui suivront, nous allons accueillir Celui qui est venu prendre chair dans notre chair et qui est venu rejoindre ce qu’il y a de plus petit, caché, méprisé. Personne n’attend cette naissance, à part les parents de cet enfant mystérieux et pourtant le faire-part a été transmis depuis bien longtemps, il est en filigrane dans toute l’Ecriture : Bethléem, la Vierge, David, le Messie… Dans l’obscurité de la nuit de Palestine, une faible lueur se reflète sur les visages des heureux parents, des bergers attentifs au message céleste, c’est celle de ce nourrisson emmailloté et qui déjà rayonne de la lumière apportée au monde : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ». Là où Isaïe imaginait un phare pour les nations, les veilleurs de la nuit de Bethléem ne perçoivent qu’une flamme vacillante mais qui procure déjà une immense joie.

Accueillons cette grande nouvelle pour notre monde inquiet et sans projet. C’est dans la nuit de Noël que tout a commencé et cette histoire se poursuit si nous acceptons de venir recharger nos lampes à la source de toute lumière.

Sur notre faire-part chantant, nous pourrons inscrire : « Il est né le divin enfant ». Il est venu pour chacun de nous, aujourd’hui et c’est cette grande nouvelle que nous désirons colporter au-delà de nos églises afin de rejoindre ceux qui ignoreront cet évènement et fêteront le « Saint Réveillon », ou ceux qui, dans la peur entretenue ou la prudence institutionnalisée, resteront isolés dans cette nuit des origines.

Pourtant le monde entier sera présent dans notre petite église, avec nos mesures barrières, mais dans la contemplation de Celui qui vient étendre ses bras vers toute l’humanité en souffrance.

« Oui, aujourd’hui un Sauveur nous est né »

En cette fête de la Nativité, Joyeux Noël pour tous les hommes de bonne volonté !

Père Jean-Christophe VINOT

Au service du Seigneur

4ème Dimanche de l’Avent

Avant de nous réunir autour de l’enfant nouveau-né, Parole muette, couché dans la mangeoire, notre chemin d’Avent nous fait passer par toutes les Annonciations. La Parole que Dieu a confiée aux prophètes s’accomplit. Mais avant que Dieu vienne visiter son peuple, Il désire que l’homme coopère à son projet. Le désir de Dieu de venir habiter en notre humanité passe, bien sûr, par la coopération d’une femme, comblée de grâce, et son nom était Marie.

La jeune promise à Joseph, descendant de David, est celle qui, par son adhésion au projet de Dieu, permet que s’accomplisse la promesse faite à nos pères. Marie, que tant d’artistes ont représentée dans sa chambre lisant et méditant l’Ecriture, récapitule l’histoire du Peuple de l’Alliance.

En priant avec les mots mêmes de Dieu, la Parole a pris chair en son sein afin que le Verbe soit donné au monde. Oui, réjouis-toi, Marie, d’avoir été choisie pour donner au monde un Sauveur et d’avoir répondu à l’attente de ce monde qui marchait dans les ténèbres. Celle qui se désigne comme la servante du Seigneur annonce Celui qui sera le Serviteur par excellence. C’est en acceptant de se laisser guider par la Parole, « que tout m’advienne selon ta Parole », que Marie participe pleinement et solidairement à toute l’histoire de son peuple. En elle, c’est toute l’Alliance qui est de nouveau scellée : le Oui de l’homme répond à l’Amour de Dieu pour son peuple.

Marie nous accompagne afin que cette naissance devienne une réalité pour chacun de nous et que nous percevions la présence du Christ au milieu de nous. Marie, dans toute sa vie, s’est rendue disponible au projet de Dieu, en se laissant conduire par la Parole de Dieu. Et c’est en suivant ce chemin de Foi, nourrie par la méditation de l’Ecriture, qu’elle s’est consacrée au service de toute notre humanité. Le Service de Dieu l’a conduite au service de l’homme. Par amour, elle nous a tout donné, de son cantique d’action de grâce jusqu’à son cœur de mère, transpercé par le glaive, mais qui ne cesse d’aimer les enfants de Dieu dispersés. Au pied de la croix, debout dans la tourmente, déchirée par la douleur, Marie nous est donnée comme mère, « Femme voici ton Fils ». Elle est la femme comblée de grâce, mais aussi celle au cœur meurtri, elle est celle qui nous accompagne sur le chemin de la souffrance afin de nous mener au matin de la Résurrection. Elle nous permet de percevoir, au plus profond de notre nuit, la lueur qui brille pour tous les hommes.

Avec elle, remettons-nous devant la Parole que Dieu nous adresse afin de déterminer notre vocation au Service. La voix de Dieu peut résonner en nous et alors nous pourrons répondre, selon nos charismes, à ce que le Seigneur attend de nous. Avec Marie, laissons le Christ grandir en nous afin de pouvoir Le donner à ceux qui l’attendent. C’est alors que nous aussi nous serons à son service.

« L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge
. »Psaume 88

Père Jean-Christophe VINOT

Rendre témoignage à la lumière

3ème Dimanche de l’Avent

La figure de Jean le Baptiste nous accompagne chaque année pendant le temps de l’Avent. Il est la voix qui crie dans le désert, il est celui qui nous invite à la conversion du cœur, il est au service de l’accueil d’une promesse qui a pris chair dans notre humanité.

Toute la mission du Baptiste est orientée vers un Autre. Il n’est pas la lumière, il est présent afin de nous orienter vers la véritable lumière. Celui qui vient au plus profond de nos nuits. Bientôt nous allons nous retrouver auprès de la crèche afin de contempler Celui qui est déjà « corps livré et donné » couché dans la mangeoire. Bien des peintres, aux cours des siècles, ont représenté, pour notre méditation, cette scène de la Nativité. Si nous prenons le temps de nous arrêter devant ces peintures, nous percevons que la clarté qui brille sur les visages trouve sa source dans cet enfant emmailloté et couché sur la paille. Dans ce nourrisson, nous réalisons que la lumière est venue dans le monde. « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde », comme nous l’entendrons dans le prologue de l’Evangile selon Saint Jean qui est proclamé le jour de Noël.

Jean le Baptiste, déjà éclairé par cette lumière qui vient, l’a reflétée tout au long de son ministère lumineux. Il a marché en présence de Dieu et a signifié, déjà, cette source lumineuse présente dans notre monde.

Certains d’entre nous ont peut-être allumé des lumières, à leur fenêtre, mardi dernier, en la fête de l’Immaculée Conception En ces jours où les ténèbres s’épaississent, il est bon de discerner la lumière qui vient et de nous rappeler cette promesse de Celui qui, en accomplissant l’Ecriture, vient dissiper nos ténèbres.

En ce dimanche de la joie (Gaudete), placé sous le signe de la lumière à venir, disposons-nous à refléter Celui qui vient éclairer tout homme. Laissons-nous éclairer par Celui qui vient afin de chasser les ténèbres de nos vies. Soyons ces relais lumineux qui rappellent la venue du Christ dans notre monde. Avec Jean Baptiste et sa parole de feu, avec Marie qui nous ouvre à l’aurore du Salut et avec Saint Joseph qui nous accompagne tout au long de cette année selon l’invitation du pape François (Lettre apostolique « Avec un cœur de Père »), nous prions pour notre monde et afin que nos vies soient toujours plus lumineuses.

« Protège, Saint gardien, notre pays.
Éclaire les responsables du bien commun, afin qu’ils sachent - comme toi comment prendre soin des personnes qui leur sont confiées. Donne l’intelligence de la science à ceux qui recherchent des moyens adéquats pour la santé et le bien-être physique de leurs frères et sœurs.

Soutiens ceux qui se dépensent pour les nécessiteux : bénévoles, infirmières, médecins, qui sont en première ligne pour soigner les malades, même au prix de leur propre sécurité.

Bénis, Saint Joseph, l’Eglise : à commencer par ses ministres, fais d’elle un signe et un instrument de ta lumière et de ta bonté.

Accompagne, Saint Joseph, les familles : par ton silence priant, construis l’harmonie entre les parents et les enfants, surtout les plus petits. Préserve les personnes âgées de la solitude : ne laisse personne dans le désespoir de l’abandon et du découragement. Réconforte ceux qui sont plus fragiles, encourage ceux qui vacillent, intercède pour les pauvres. Avec la Vierge Marie, priez le Seigneur de libérer le monde de toute forme de pandémie. Amen. » Pape François.

Restons unis dans la prière et tenons nos lampes allumées.
Père Jean-Christophe VINOT

« Habiter le désert »

2ème Dimanche de l’Avent

Avec la nouvelle année liturgique, nous ouvrons l’Evangile selon Saint Marc qui, dans son commencement, nous mène au désert. Dans ce lieu aride, dans cet univers hostile, une voix retentit. C’est celle du Baptiste, ultime prophète, qui reprend les paroles d’Isaïe : « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ». Dans l’annonce de toutes les promesses, Jean restitue ce message qui est celui de la conversion.

La semaine dernière, nous entendions que Dieu nous invite à nous laisser modeler. Ici, Jean le Baptiste invite le peuple élu à revivre l’expérience du désert. Moment fondateur, où les esclaves en fuite, guidés par Moïse et nourris par Dieu, sont devenus le peuple de l’Alliance dans le temps de l’Exode. L’homme qui proclame la Parole de Dieu dans le désert, attire à lui et provoque son auditoire à revenir vers Dieu. Plongé dans l’eau du Jourdain, débarrassé des scories du péché, l’homme, de nouveau, pourra entrer dans la terre promise afin de vivre l’Alliance avec Dieu. A ce peuple, capable d’entrer dans le projet divin, à se laisser façonner par la Parole, Jean annonce Celui qui doit venir, Celui qui baptisera dans l’Esprit Saint.

Par-delà les siècles, cette Parole vient nous rejoindre dans le désert de notre ville, dans toutes les périodes désertiques que nous traversons. Dieu est bien présent dans ces lieux marqués par la solitude et il convient de nous mettre à son écoute afin de pouvoir redonner du sens à nos vies.

Chaque année, nous sommes invités à fêter une naissance. Toute venue d’un nouveau-né dans notre monde est promesse d’espoir. Que sera donc cet enfant ?Comment nous préparons-nous personnellement à cet évènement et de quelle manière pourrons-nous témoigner à notre entourage de notre adhésion au Christ ?

Dans l’incertitude où nous plonge la crise sanitaire, il convient, néanmoins, de préparer le chemin du Seigneur. Il est nécessaire que cette fête de Noël soit un moment joyeux, où nous puissions témoigner de notre espérance en nous préparant à fêter la naissance du Sauveur, dans la nuit où nous avons commencé à veiller et, dans cette veille, à nous demander quelle couleur nous pourrons donner à cette venue dans notre monde.

Cette année, nous aurons plus de difficultés à nous retrouver, à nous rassembler. Pensons à tous ceux qui seront encore plus isolés pour Noël. Regroupons nos solitudes afin de pouvoir partager en acte la Bonne Nouvelle du Salut. Inventons d’autres manières d’être présent à chacun, afin que ce désert, à vue humaine, soit le lieu de la véritable rencontre avec Dieu.

« J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles ;
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre. »
Psaume 84

Père Jean-Christophe VINOT

« Debout les gars, réveillez-vous ! »

1er Dimanche de l’Avent

En écho aux paroles du Christ dans l’Evangile, à la situation que rencontre notre société dans cette crise sanitaire, me reviennent les paroles de ce chant scout, cette invitation à aller de l’avant et à sortir de sa torpeur où nous installe cette situation, où tout est fait pour nous abrutir.

Depuis des mois, nous prenons les mesures nécessaires afin de veiller sur la santé de ceux que nous côtoyons. Les masques et les distances ne nous ont pas empêchés de cultiver des liens d’amitié et de demeurer dans la communion. Depuis des semaines, le peuple chrétien est en attente de se retrouver autour de la table eucharistique afin de réaliser son unité par Celui qui vient demeurer en nous.

Le temps de l’Avent est, certes, la période qui nous prépare à accueillir l’évènement de la nativité du Seigneur et de réaliser la présence de Dieu dans notre monde. Mais c’est aussi ce moment où nous méditons sur le retour du Christ. Il est venu, Il a pris chair dans notre chair, et Il reviendra. Dans ce temps intermédiaire, nous vivons cette attente, non pas avec passivité, en attendant que cela se produise, mais en quelque sorte, en appelant de nos vœux cette venue, en participant aussi par notre action à cette perception de la présence du Seigneur.

Alors, réveillons-nous de notre torpeur afin d’inventer, dans la mesure des barrières de confinement et de couvre-feu, les comportements nécessaires pour dire notre foi en ce Dieu qui est venu, qui reviendra, mais qui est, ô combien, présent à notre monde car Il est uni à nos vies. Alors, ne soyons pas des chrétiens hibernants mais des chrétiens innovants !

Dimanche, nous commencerons ce chemin, rassemblés par l’Eucharistie, présents dans l’église ou dans nos habitations. La veille, nous aurons pu nous remettre devant le Saint Sacrement, afin de méditer l’Amour du Christ pour chacun de nous et de pouvoir nous préparer à le recevoir afin qu’Il puisse véritablement aimer en nous.

Au cours de ces semaines à venir, nous vous proposons de méditer l’encyclique du pape François Fratelli tutti, sur la fraternité et l’amitié sociale. Encore aujourd’hui, n’est-ce pas de la fraternité que l’homme a le plus besoin dans notre monde cloisonné et anxiogène ? Que ce texte participe à notre réflexion de l’Avent, seul ou avec des voisins de notre immeuble, en famille…à partir des thèmes qui vous seront soumis pour votre échange et aussi pour votre prière. Une boîte sera installée auprès de la crèche en devenir, afin de récolter vos réflexions et vos intentions de prière.

Notre archevêque nous invite à la prière afin de demander, dans cette neuvaine préparatoire à la fête de l’Immaculée Conception, de nous délivrer du mal de la pandémie. Cette démarche accompagne notre veille ; soyons comme autant de veilleuses dans notre quartier, en priant les uns pour les autres et, par la prière, en disposant notre cœur afin d’accueillir le Seigneur. C’est, bien sûr, en vivant des sacrements, unis dans la prière et témoins en acte de la charité, que nous pourrons « aller au bout du monde ».

« Debout les gars, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup.
Debout les gars, réveillez-vous, on va au bout du monde. » Hugues AUFFREY

Père Jean-Christophe VINOT

Feuille d’informations paroissiales (FIP) Document à télécharger
FIP du 10 janvier 2021
FIP 10-01-2021
FIP 10-01-2021
FIP du 03 janvier 2021
FIP 03-01-2021
FIP 03-01-2021
FIP du 25 et 27 décembre 2020
FIP 25-12-2020
FIP 25-12-2020
FIP du 20 décembre 2020
FIP 20-12-2020
FIP 20-12-2020
FIP du 20 décembre 2020 supplément
FIP 20-12-2020 supplément
FIP 20-12-2020 supplément
FIP du 13 décembre 2020
FIP 13-12-2020
FIP 13-12-2020
FIP du 13 décembre 2020 supplément
FIP 13-12-2020 supplément
FIP 13-12-2020 supplément
FIP du 06 décembre 2020
FIP 06-12-2020
FIP 06-12-2020
FIP du 06 décembre 2020 supplément
FIP 06-12-2020 supplément
FIP 06-12-2020 supplément
FIP du 29 novembre 2020
FIP 29-11-2020
FIP 29-11-2020
FIP du 29 novembre 2020 supplément
FIP 29-11-2020 supplément
FIP 29-11-2020 supplément
FIP du 22 novembre 2020
FIP 22-11-2020
FIP 22-11-2020
FIP du 15 novembre 2020
FIP 15-11-2020
FIP 15-11-2020
FIP du 08 novembre 2020
FIP 08-11-2020
FIP 08-11-2020
FIP du 01 novembre 2020
FIP 01-11-2020
FIP 01-11-2020

Feuille de prières Document à télécharger
Message du 18 mai 2020
Message du 18-05-2020
Message du 18-05-2020
Lettre du pape François
Lettre du pape François
Lettre du pape François
Prière à Sainte Geneviève
Prière à Sainte Geneviève
Prière à Sainte Geneviève
Prière du 13 avril 2020
Prière_du_13.04.2020
Prière_du_13.04.2020

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur messes.info

Toute l’année, votre paroisse est à votre service... Sacrements, célébrations et prière, transmission de la foi, accompagnement des familles et solidarité pour les plus fragiles. Pour assurer ces missions, le curé de votre paroisse et son équipe vous accueillent, des moyens matériels sont déployés. Ces missions gratuites ont un coût.

Votre paroisse a mille visages, elle a aussi quelques dépenses : les rémunérations des prêtres et permanents, l’animation et formation des bénévoles, les charges des différents locaux. Votre don est un geste nécessaire pour votre communauté paroissiale.

La présence d’une communauté chrétienne dans chaque quartier est une vraie richesse : donner au Denier de votre paroisse est une nécessité pour financer le rayonnement de l’Église aujourd’hui, et s’adapter aux nouvelles missions demain.

Je fais un don à “Saint-Jean des Deux Moulins” par carte bancaire

Je fais un don à “Saint-Jean des Deux Moulins” par prélèvement automatique

Confessions

Saint-Jean des Deux-Moulins
185 rue du Château-des-Rentiers
75013 Paris
Tél. : 01 45 70 94 75
paroissesj2m@gmail.com
http://sj2m.fr

Horaires des confessions
Mercredi et vendredi de 17h à 18h45.

Adoration du Saint Sacrement

Paroisse Saint-Jean des Deux Moulins
185 - 187 rue du Château des Rentiers
75013 Paris - France
Tél : 0145709475
Email : paroissesj2m@gmail.com
Web : http://sj2m.fr

Prier silencieusement devant le Saint-Sacrement, tous les jeudis de 18h00 à 19h00 (sauf pendant les vacances d’été)

Chapelet

Paroisse Saint-Jean des Deux Moulins
185 - 187 rue du Château des Rentiers
75013 Paris - France
Tél : 0145709475
Email : paroissesj2m@gmail.com
Web : http://sj2m.fr

Pendant le mois d’octobre, prière du chapelet à 11h30 tous les vendredis.

En cas de coquille ou d’omission, veuillez nous contacter.

Horaires et contacts pour le catéchisme et les sacrements

Catéchisme 2020-2021

Éveil à la foi

1 fois par mois durant la messe des familles, en partie à l'église, au début et à la fin de la messe et dans une salle toute proche de l'église.

Catéchisme

Du CE1 au CM2 - Catéchisme le samedi matin, de 10h à 11h15. De 10h à 11h par groupes de niveau chacun dans sa salle puis de 11h à 11h15, dans l'église, avec le prêtre.

Catéchèse pour un jeune ayant un handicap
Pour une demande de sacrement ou de catéchisme, quel que soit l’âge : service.handicap@diocese-paris.net (01 78 91 91 46). Informations sur www.paris.catholique.fr/handicap.

Catéchèse pour un jeune sourd ou malentendant
Pour une demande de sacrement ou de catéchisme, quel que soit l’âge : contacter Agnès Khouas-Petit, sourds.catholiques@diocese-paris.net). Informations sur www.sourds.paris.catholique.fr.

Inscriptions

Les inscriptions peuvent se faire tout au long de l'année.
Mais les inscriptions 2020 - 2021 commenceront à partir du samedi 5 septembre 2020.

Accueil de l'église, bureau situé juste à l'entrée de l'église au 185 rue du Château des Rentiers 75013 Paris.
De 9h à 12h30 et de 14h à 18h30, en semaine.

Rentrée

Tous les niveaux feront leur rentrée le samedi 12 septembre 2020 à 10h.

Contact

Père Jean-Christophe Vinot

Préparation aux Sacrements

Préparation au baptême des enfants du catéchisme non encore baptisés, 1 fois tous les 15 jours tout au long de l'année.
Préparation à la 1ère Communion, 4 séances d'une d'initiation à la messe, 4 vendredis de suite à 17h.
Contact : Père Jean-Christophe Vinot

En cas de coquille ou d’omission, veuillez nous contacter.

Activités pour les jeunes 2020-2021

Préparation aux Sacrements

Préparation au baptême des enfants du catéchisme non encore baptisés, 1 fois tous les 15 jours tout au long de l'année.
Préparation à la 1ère Communion, 4 séances d'une d'initiation à la messe, 4 vendredis de suite à 17h.
Contact : Père Jean-Christophe Vinot

En cas de coquille ou d’omission, veuillez nous contacter.

En cas de coquille ou d’omission, veuillez nous contacter.

Contact
Paroisse Saint-Jean des Deux Moulins
Adresse

185 rue du Château-des-Rentiers, 75013 Paris


01 45 70 94 75
paroissesj2m@gmail.com
http://sj2m.fr
Père Jean-Christophe Vinot
Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse