Allocution du cardinal André Vingt Trois à la Trinité-Saint-Serge

Trinité-Saint-Serge (Russie) – lundi 27 octobre 2008

Excellences, Pères, Frères et Sœurs, Chers amis

Un pèlerinage en Russie peut difficilement se concevoir sans une visite dans ce haut lieu de la spiritualité orthodoxe russe et sans la vénération des reliques de saint Serge [1], ce saint si cher au cœur des Russes. Il est, selon l’écrivain Boris Zaïtsev [2], le type incomparable du saint russe, fait de douceur, d’abstinence, de calme, d’harmonie entre paroles et actes saints. Après la période tragique des invasions mongoles, il a donné à la Russie son modèle de monachisme qui a profondément marqué la société et la culture et continue à l’imprégner aujourd’hui. Il appartient ainsi pleinement aux racines chrétiennes de l’Europe.

Au monastère fondé par saint Serge est étroitement liée l’activité de saint André Roubliov [3] et sans doute existe-t-il un lien profond entre la spiritualité de saint Serge et la célèbre icône de la Trinité. Les icônes de Roubliov et de son école jouissent d’une renommée mondiale. Certes, beaucoup en occident ne savent pas qu’elles sont d’abord prière, contemplation et théologie en couleurs. Cependant, pour qui sait les regarder, leur force lumineuse est une véritable ouverture à la transcendance !

Je suis très heureux que cette visite me soit aussi l’occasion de visiter l’Académie de théologie de Moscou [4], le centre principal de la formation théologique de l’Église orthodoxe russe, centre qui a une longue histoire, avec ses grands noms et ses pages tragiques.

Comme tous les évêques, je garde un souci constant de la formation des séminaristes. C’est pourquoi je suis très intéressé de découvrir comment elle est vécue ici. J’admire la proximité des deux institutions, du monastère et de l’académie. J’y vois le gage d’un ancrage solide des études universitaires dans une vie de prière. Dans la région apostolique de Paris, et dans de nombreux diocèses de France, la formation des séminaristes commence aujourd’hui par une année entière consacrée à la fondation spirituelle des candidats, en particulier à travers l’oraison, la lectio divina, la vie fraternelle et le service des pauvres. Nous constatons combien cet investissement d’une année est précieux pour que la démarche des candidats au sacerdoce s’inscrive bien à l’intérieur de la vie et de la prière de l’Église. Cette similitude entre ce que l’Église russe vit et ce que nous vivons me parait prometteur.

Il me semble par ailleurs important de souligner que la tradition orthodoxe telle qu’elle se vit ici manifeste bien la place des évêques dans l’enseignement de la théologie. Successeurs des apôtres, ils ont reçu du Christ la mission d’enseigner à tous la Bonne Nouvelle. Pour nous évêques catholiques, confirmant l’exemple des grands évêques de l’Église antique et indivise, le Concile Vatican II a rappelé que nous devons être les « hérauts de la foi ». Comme archevêque de Paris, il se trouve que je suis d’une manière ou d’une autre responsable de deux facultés de théologie. Ce n’est pas pour déléguer cette tâche à des spécialistes, mais pour marquer que la prédication de l’Évangile confiée par le Christ aux apôtres est l’âme de tout travail théologique, qui déploie dans de multiples directions le ministère apostolique d’enseignement.

Je suis heureux et fier de pouvoir venir ici au début de mon pèlerinage en Russie, en ce lieu source pour la vie chrétienne de votre nation. Touché par votre accueil chaleureux, je confie chacun de nous et notre travail apostolique à la prière des saints moines, prêtres et laïcs qui ont prié, étudié et vécu en ce lieu.

Je vous remercie.

André cardinal Vingt-Trois,
archevêque de Paris

[1La Trinité-Saint-Serge fait référence à saint Serge de Radonège (vers 1314-1392)

[2Boris Zaïtsev (1881-1972) : écrivain russe ayant émigré en France après la Révolution. Auteur, notamment, d’une vie de saint Serge existant en traduction française.

[3André Roubliov, né entre 1360 et 1370. Il a été actif au monastère de la Trinité après 1420 : il a peint les fresques (aujourd’hui disparues) de la collégiale de la Trinité et la célèbre icône de la Trinité. Il est mort en 1430. Il a été canonisé en 1988.

[4Elle se trouve sur le territoire de la laure de la Trinité-saint-Serge

Interventions

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse