Bénévoles à l’écoute des malades


Toute l’année, au cœur des hôpitaux publics et catholiques [1], des bénévoles rendent visite aux malades pour être une présence d’Église à leur côté, et leur apporter un réconfort humain et spirituel.

JPEG - 52.7 ko
Au sein des aumôneries d’hôpitaux, les bénévoles et l’aumônier échangent régulièrement, après ou avant les visites, pour mieux répondre aux besoins des personnes malades et de leur famille.
Photo : Sophie Lebrun

En arrivant dans les bureaux de l’aumônerie de l’hôpital catholique St-Joseph (14e), Marie-Astrid consulte le planning. Allant directement aux pages concernant les malades du service Cardiologie, la jeune fille de 22 ans s’attarde sur les commentaires : « Madame X va mieux, elle garde la foi ». Depuis quatre mois, Marie-Astrid rend visite aux patients tous les mercredis après midi. « Au lycée, j’accompagnais des personnes handicapées à la messe, mais pendant mes études à Lille, j’ai arrêté, se souvient-elle. De retour à Paris, j’ai jugé bon de reprendre une activité caritative. » C’est ainsi qu’elle a rejoint l’équipe d’une trentaine de personnes.

« Je frappe à la porte, j’entre directement, sauf si la personne dort ou qu’elle reçoit des soins, explique-t-elle. Après m’être présentée, je guette les silences et les regards pour savoir si je peux rester ou non. Souvent, les malades ont surtout besoin d’être écoutés. Mais il arrive qu’ils demandent aussi la visite d’un prêtre. » Pour apprendre à entrer en relation avec les personnes hospitalisées, Marie-Astrid a fait ses premiers pas en compagnie du P. Robert d’Anglejan, l’aumônier. « Il est important que les bénévoles saisissent qu’avant d’être “malade”, il s’agit d’une personne précieuse aux yeux de Dieu », insiste-t-il. La formation annuelle obligatoire, ainsi que les réunions mensuelles de l’équipe ont contribué à faire disparaître l’appréhension de la jeune fille (voir encadré). Tout comme le bon accueil des personnes hospitalisées. « En sortant, je leur dis toujours “Je vous porte dans ma prière”, raconte-t-elle. Aucun ne refuse ; même les non croyants me remercient. »

Pour Marie-France, 65 ans, le désir de s’investir à St-Joseph est venu après le décès d’un de ses enfants, à la suite d’une complication lors d’une opération. « J’ai voulu rendre service à ceux qui sont seuls à l’hôpital », avoue-telle. Au sein du service qui accueille les personnes atteintes de cancer, la proximité avec la faiblesse des autres l’a transformée. « Le service dépouille, cela rend humble devant le mystère insondable de la souffrance », confie-telle. De plus, chaque rencontre lui donne l’occasion de porter le message de l’Eglise. « Les malades cherchent un sens à ce qu’ils vivent. Ils en veulent souvent à Dieu et leur regard sur l’Eglise est dur. Mais la majorité exprime une recherche spirituelle. »

C’est pourquoi il est d’autant plus important aux yeux du P. d’Anglejan et de son équipe de ne pas répondre uniquement aux sollicitations mais de frapper à toutes les portes. A l’hôpital public « Necker-Enfants malades », les membres de l’aumônerie procèdent de la même manière. « Si nous ne répondions qu’aux appels, nous ne sortirions jamais de la chapelle, insiste Annie, impliquée dans ce lieu depuis dix-huit ans. Nous précisons que nous allons voir tout le monde car, quand nous nous présentons, les parents prennent souvent peur. Ils se demandent si nous sommes envoyés par le personnel soignant en raison d’un malheur imminent pour leur enfant. » Cette retraitée de 76 ans a commencé dans un des services pour adultes de l’hôpital, avant d’aller à la rencontre des petits. Elle a vite découvert qu’accompagner des parents d’enfants malades n’était pas aisé. Comme l’explique le P. Gérard Bruneau, l’aumônier : « Nous nous adressons aux familles qui, touchées par la détresse d’un des leurs, sont souvent troublées et désorientées. » Il faut du temps pour établir un lien de confiance. Or, Annie en a de moins en moins avec la réduction des séjours hospitaliers. « Je fais des visites deux fois par semaine, le lundi et le jeudi, et je vois rarement les mêmes personnes », déplore-t-elle, frustrée. Aux yeux de Marie-Astrid, c’est pourtant un atout, car « cela permet de moins s’attacher ».

Toutes les deux, comme leurs collègues des aumôneries, accompagnent aussi les malades par la prière. « Même si je ne me souviens pas des prénoms de chacun durant mes prières de la semaine, je pense à tous ceux que j’ai rencontrés », confie Marie-Astrid. Annie, quant à elle, reste à la messe quotidienne à la chapelle à la fin de ses visites, pour se ressourcer. Parfois, elle participe à une veillée de prière animée par un couple, qui reprend les intentions de prière inscrites par les familles dans un livre à cet effet. Car les membres des aumôneries profitent des rencontres pour indiquer aux Aumôneries d’hôpitaux familles où se trouve la chapelle. A un moment où s’expriment des angoisses, dans ces établissements immenses, elle est un lieu de refuge pour tous. • Sophie Lebrun

PROPOS d’Aële, responsable adjointe de l’aumônerie de St-Joseph.

Comment accompagner les bénévoles des hôpitaux ?

« Une partie de ma mission consiste à accueillir les membres de l’aumônerie avant qu’ils se rendent auprès des malades. C’est important qu’ils sentent une vie d’équipe. Cela passe aussi par les réunions mensuelles qui nous permettent de mettre en commun les histoires lourdes ou heureuses. Pour prendre du recul sur leur engagement, les membres de l’aumônerie doivent chaque année suivre une formation, parmi les nombreuses propositions de la Pastorale de la santé. L’important est qu’ils sentent que nous sommes là en Église, et notre groupe, très hétéroclite, en représente vraiment la diversité. Un père de famille assure ses visites le samedi, ceux qui travaillent viennent le soir, les retraités et religieux pendant la journée. Chacun apporte un regard différent, mais tous se rallient à cette phrase de l’Evangile : « J’étais malade et vous m’avez visité » (Mt 25, 36). Nous sommes en communion, entre nous, mais aussi avec ceux que nous rencontrons. » • Propos recueillis par S.L.

Devenir bénévole

Travail en équipe, écoute et adaptation : ces qualités sont indispensables pour devenir membre d’une aumônerie d’hôpital car les bénévoles doivent s’inscrire dans un projet commun, mais aussi dans un milieu laïc réglementé. Comme l’explique le P. Gilles Annequin, responsable de la Pastorale de la santé du diocèse : « Le témoignage que nous apportons se fait à travers notre présence empreinte d’attention. Aujourd’hui, nos besoins sont multiples ! » • S. L.

Contact : psante@diocese-paris.net

[1Les établissements hospitaliers et médico-sociaux catholiques à Paris ont été fondés au XIXe siècle par des religieux ou des laïcs engagés. Aujourd’hui, leur héritage se traduit parfois par la présence d’un représentant de l’archevêque lors du conseil d’administration, ou par des rencontres régulières des présidents, directeurs et aumôniers des établissements.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse