Homélie du Cardinal André Vingt-Trois lors de la messe de la Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie - Barcelone - JMJ 2011

Basilique de la Sagrada Familia à Barcelone - JMJ 2011

L’Assomption de Notre-Dame est la reprise en Dieu de toute sa vie. La vocation chrétienne ne consiste-t-elle pas à regarder et à vivre toutes les réalités de ce monde, non comme un chemin de mort, mais comme le lieu ou germe et grandit la présence et l’action de Dieu, pour en devenir signe et témoin ?
En cette fête de l’Assomption, le cardinal Vingt-Trois présidait la messe dans la basilique de la Sagrada Familia à Barcelone où étaient rassemblés 3500 jeunes parisiens participant aux JMJ et leurs aumôniers.

- Ap 11, 19 et 12, 1-6.10 ; Ps 44, 11-16 ; 1 Co 15, 20 -27a ; Lc 1, 39-56

Cette terre est rude, chaude, aride ! La terre où nous devons vivre de notre premier à notre dernier jour nous tire vers le bas. Elle nous tient, nous fatigue, nous immobilise. Et depuis cette terre où nous sommes plantés, comment pouvons essayer d’imaginer quelque chose de la réalité de Dieu qui est aux Cieux ?

Le livre de l’Apocalypse nous révèle les choses de Dieu à travers des visions ou des images qui disent vraiment quelque chose de la réalité de Dieu. Ainsi par exemple, parler d’une femme couronnée d’étoile est une manière bien humaine de dire quelque chose qui dépasse cependant notre expérience. Et comment pourrions-nous mieux comprendre cette possibilité d’exprimer la réalité de Dieu dans un langage humain que depuis cette basilique de la Sagrada Familia où nous nous trouvons ? Ici, tout tourne nos regards vers le haut. Les matériaux et les expressions artistiques sont comme transformés et aspirés pour exprimer quelque chose de la présence de Dieu sur la terre des hommes. Au cœur de la ville de Barcelone, cette réalisation visionnaire ne constitue-t-elle pas le signe évident et incontournable que l’expérience humaine ne peut se limiter à ce qui est de la terre ?
Nous voyons donc que l’expression de la présence de Dieu au milieu de nous passe nécessairement par les réalités de l’existence humaine. C’est bien ce que dit la première épitre de Jean : ‘’Comment peut-on aimer Dieu que l’on ne voit pas, sans aimer son frère que l’on voit ?’’ (1 Jn 3, 20). Dieu ne peut manifester sa présence dans l’histoire humaine qu’en venant y demeurer dans la personne du Fils.
Ainsi cette terre aride et dure peut d’un côté nous empêcher de tourner les yeux vers Dieu. Mais elle est en même temps celle sur laquelle nous devons porter un regard neuf pour y découvrir la présence de Dieu. Ce monde dans lequel nous vivons a son origine et son sens dans l’Alliance que Dieu a voulu conclure avec l’humanité. Dieu a appelé toute chose à la vie, et n’a d’autre but que de rassembler les hommes et les femmes de ce monde en un peuple unique, qui soit son Peuple. Ce Peuple est immergé dans l’histoire des siècles. Mais comme cette basilique établie au cœur de cette ville, il y manifeste qu’une autre espérance travaille l’histoire des hommes comme le levain fait lever toute la pate, et comme le sel donne goût à toute la nourriture.

Etre chrétien aujourd’hui, c’est reconnaitre cette présence de Dieu au cœur de l’humanité, et la laisser transformer nos vies pour que celles-ci deviennent vraiment signe visible de ce que le Ciel est venu sur la terre et de ce que toute existence humaine est appelée à être divinisée par la présence du Christ.

Chers jeunes, sur votre route vers Madrid, vous n’êtes pas simplement à la recherche d’expériences plus ou moins exceptionnelles : Vous êtes avant tout témoins de ce que dans votre vie, il y a quelque chose de plus important que ce qui se voit. Vous êtes le signe visible de ce que l’amour de Dieu est venu rejoindre l’aventure humaine. Le signe de ce rassemblement ecclésial marquera votre existence, mais aussi celle de chacune de vos paroisses, de notre Église de Paris, de vos lieux d’études ou de travail. Il va devenir un ferment des réalités d’en haut au cœur des réalités d’en bas.

Frères et soeurs, désormais, nous sommes tous appelés à contribuer à la visibilité de cette présence de Dieu au milieu de l’histoire des hommes. En ces jours de vie spirituelle plus intense, vous pouvez entendre l’appel que Dieu vous adresse pour prendre votre part de ce témoignage en ce monde, que ce soit par le métier que vous choisirez, en fondant une famille, en répondant à l’appel de tout quitter pour le service de l’Évangile ou en devenant prêtre de l’Église. A chacune et chacun d’entre-vous, Dieu adresse aujourd’hui, comme à Elisabeth, un appel : ‘’la mère de mon Seigneur est venu me visiter. Qu’est-ce que cela va changer dans ma vie ?’’ Comment vais-je reconnaître, à travers cette visitation de la Vierge Marie, la visitation de Dieu à toute l’humanité ? Comment vais-je en rendre raison en laissant la réalité de Dieu transformer toute réalité humaine et transformer ma vie ? Dieu a manifesté son Mystère d’amour pour que la réalité du Christ transforme mon existence au service de la mission. Que le Seigneur nous donne la joie d’entendre cet appel et d’y répondre.
Amen.

+André cardinal Vingt-Trois

Homélies

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse