« La charité est l’affaire de tous »

Pour ses 20 ans, Le P’tit Café de St-Ambroise (11e) a tenu à remercier, lors d’une messe et d’un déjeuner le dimanche 13 mars, les bénévoles et paroissiens qui, depuis le départ, permettent d’offrir un café et un peu de chaleur aux personnes de la rue.

Barbe fournie encadrant son visage cabossé et paquet de dépliants dans la main droite, il guette et accoste celui qui arrive, ce dimanche 13 mars, pour la messe de 11h à St-Ambroise (11e). « Nous fêtons les 20 ans du P’tit Café, chuchote l’homme sans âge, en tendant le dépliant aux couleurs d’un Christ peint par Arcabas. Et vous êtes invité. » Le message s’adresse à chacun ce dimanche, qu’il arrive pile à l’heure ou un peu plus tard.
Et repris, de façon plus approfondie, par le curé de la paroisse, le P. Augustin Deneck, qui invite à suivre l’exemple de « ces travaux pratiques d’espérance » mis en place pour entendre et répondre au cri de douleur et de souffrance lancé par les plus faibles. « Dans l’Évangile, Jésus met en valeur les petits gestes, martèle-t-il au cours de son homélie. Pour les multiplier et les faire grandir. » Il précise : « Dieu se donne dans la fragilité, dans tout ce qui est petit, simple. Et nous invite à sortir de tous les enfermements pour avoir le cœur ouvert à la rencontre. » Cette rencontre, Geneviève et Jacqueline ont essayé de la vivre et de la faire naître, il y a vingt ans, à
St-Ambroise. Touchées et émues par ces nombreuses personnes de leur quartier dormant dans la rue – au-dessus des bouches de chaleur du métro ou devant des portes d’immeuble – ces deux paroissiennes engagées dans le conseil pastoral, décident alors de proposer, au petit matin, un peu de chaleur autour d’un café à ceux qui le veulent. Elles en parlent au curé de l’époque, le P. Jean-Pierre Caveau. Il salue l’initiative et met à leur disposition un petit local. « Ne désirant pas d’argent, mais un lieu qui regroupe des pauvres avec des pauvres », elles font appel aux paroissiens pour leur fournir du café et s’en vont à la rencontre des habitants de la rue.
« Nous leur proposions de venir tous les jours de la semaine, de 7h à 8h, confie Jacqueline. Là, nous leur proposions ce que nous avions. » Peu à peu, Le P’tit Café se fait connaître et attire « jusqu’à cent personnes certains jours ». Pour éviter tout débordement, les deux instigatrices du projet, soutenues par une équipe de bénévoles qui gonfle jour après jour, conçoivent une charte que chaque accueilli s’engage à suivre. Et que tous continuent à respecter, vingt ans après, tout comme cette ambiance de fraternité qui s’impose au P’tit Café.

Un climat de fraternité

Car s’il est bien un aspect qui frappe, ce dimanche 13 mars, à St-Ambroise, c’est ce climat de respect de l’autre, dans sa différence, qui règne entre les participants. À un tel point qu’il est difficile de savoir qui vient de la rue et qui n’en vient pas. Ici, pas de regards juges, pas de mondanité mal placée mais un moment de partage où chacun a sa place. Aussi bien Gérard, qui, petite queue de cheval caressant un blouson bleu marine, s’attache à ce que tout le monde soit muni d’une fourchette et d’une cuillère, qu’Adélaïde, qui déguste son repas, assise par terre, au soleil. Cette jeune professionnelle de 26 ans rappelle, tout sourire, ses souvenirs de bénévole du
P’tit Café. À l’époque étudiante à l’ESCP- EAP, école de commerce située juste à côté, elle choisit de s’investir, trois fois par semaine, au P’tit Café. La raison d’un tel choix ? « Avoir une foi en action, explique-t-elle. Et garder une certaine humilité. » Son principal souvenir ? « Cette sensation de vivre avec et non de faire, confie-t-elle. Il y a tellement de fois où je suis restée assise à ne rien dire ! » Sourire de Véronique Guittet, actuelle responsable du projet, qui se réjouit d’avoir pu réunir, ce dimanche, plus d’une centaine de personnes : bénévoles, accueillis mais aussi paroissiens. « C’était notre volonté, explique-t-elle. Pour que chacun change le regard qu’il peut porter sur l’autre. Et montrer que la charité ne doit pas être réservée à des spécialistes. Mais que c’est l’affaire de tous. » • Isabelle Demangeat

• Le P’tit Café de St-Ambroise : les lundi, mercredi et vendredi, de 7h à 8h ;
1 bis rue Lacharrière (11e) ; petitcafe.saintambroise@gmail.com
• Calqué sur le même modèle, un petit café s’ouvre en avril à St-Hippolyte (13e). La Fondation Notre Dame

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse