« La part de Dieu, la part de l’homme »

Le 12 octobre, l’École d’évangélisation lancée par le pôle Mission du diocèse ouvre ses portes à N.-D.-des-Victoires (2e) pour une première session. Cette formation, destinée à tous ceux qui souhaitent se préparer à la mission, est un des outils mis à la disposition des paroisses pour la mission, « un lieu de ressources », selon le souhait exprimé par Mgr Michel Aupetit dans sa lettre de rentrée 2018. Les explications du P. Étienne Grenet, en charge de ce Pôle.

JPEG - 479.1 ko
Mission de rue à St-Laurent (10e).
© Céline Marcon

Paris Notre-Dame – Pourquoi une École d’évangélisation ?

P. Étienne Grenet – Afin de mettre à disposition des paroisses une boîte à outils dans laquelle ils pourront puiser pour alimenter la mission. Cette école s’adresse à des personnes envoyées par les curés, sur lesquelles ils pourront ensuite s’appuyer, pour faire de l’évangélisation de rue par exemple. Une fois formées, elles pourront former à leur tour. Proposer ce type d’outils vient de ma conviction, qui est celle de beaucoup d’autres, qu’être missionnaire passe aussi par les gestes. Il y a toute une dimension d’apprentissage qui est essentielle. Les Évangiles en témoignent, avant d’annoncer la Bonne Parole, les disciples ont vu Jésus faire. Dans toute entreprise d’évangélisation, il y a la part de Dieu et la part de l’homme. Cette dernière passe par l’étude des textes bibliques, et par une formation qui va permettre d’utiliser les différents langages de l’annonce. Car le registre de la discussion n’est pas le seul qui existe pour évangéliser. En fonction des personnes à qui on s’adresse, on peut utiliser le témoignage, l’annonce du kérygme, la parole de Dieu, ou la prière directe. C’est cet apprentissage des gestes précis et des langages qui justifie l’ouverture de cette École d’évangélisation.

P. N.-D. – Cette école n’est qu’un des outils que le pôle Mission va mettre au service des paroisses. Quels sont vos autres axes de travail ?

É. G. – Avant d’être un espace d’innovation, le pôle Mission est d’abord un lieu ressource. Parallèlement à l’École d’évangélisation, nous allons lancer un recensement des bonnes pratiques qui existent en paroisse. Personne ne nous a attendus pour se lancer dans la mission, tout le monde y travaille, mais ce qui peut progresser c’est la transposition des méthodes qui ont fait leurs preuves dans une paroisse et qui sont partageables à d’autres. C’est un peu le principe du Congrès Mission qui vient de s’achever. Chacun repère dans les ateliers ce qui peut convenir à sa paroisse. Il y aura sans doute un travail de transposition à faire, qui pourra être fait localement ou dont nous nous chargerons.
Ce travail va prendre du temps et je ne le ferai pas seul. Parmi les autres axes de ce Pôle, il y a aussi la prière : prière des frères, prière de délivrance, prière de guérison. Nous avons démarré la prière des frères à N.-D.-des-Victoires (2e) la semaine dernière. Une deuxième séance est prévue le 8 novembre. La prière de guérison qui a eu lieu le 11 mai dernier à St-Sulpice (6e) a été un peu le signal d’envoi, par l’archevêque, de ces nouvelles formes de missions. Mais ces missions d’intercession doivent être structurées et accompagnées avant de pouvoir être reproduites en paroisse. Il y a un ordre pour poser les briques. Le P. Thierry Avalle, qui possède une grande expérience dans ce domaine, le dit bien : il faut commencer par des choses simples.

Propos recueillis par Priscilia de Selve@Sarran39

Se préparer à la mission L’École d’évangélisation ouvre ses portes le 12 octobre à N.-D.-des- Victoires (2e). La formation a lieu un samedi matin par mois, durant cinq mois : 12 octobre, 16 novembre, 14 décembre, 18 janvier, 8 février.
Objectif : faire l’apprentissage progressif des cinq langages de la mission ; comprendre et mettre en œuvre les deux clés de la rencontre.
Au programme : enseignement, mise en pratique, relecture, prière. Informations et inscription : mission@notredamedesvictoires.com

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse