La Vierge de Guadalupe : une dévotion vivante

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la Vierge de Guadalupe a sa chapelle à Notre-Dame. Dès lors, le 12 décembre, jour de sa fête, une messe « à la mexicaine » y est célébrée. Celle-ci rassemble de plus en plus de fidèles, européens ou d’origine latino-américaine.

JPEG - 80.8 ko
Reproduction installée dans la chapelle dédiée à Notre Dame de Guadalupe de Notre-Dame de Paris.
© Marrovi - Wikimedia Commons

Indubitablement, pour un Occidental, cela surprend. Ces pèlerins, disséminés sur les terres mexicaines, qui se rendent à pied vers un sanctuaire marial. Et ce chant d’anniversaire, aux premières heures du jour, adressé avec ferveur à la Vierge Marie. « Estas son las mananitas que cantaba el rey David, s’enflamment les Mariachis. Hoy por ser dia de tu santo, te las cantamos à ti. Despierta, mi bien, despierta ! » [1]

La Vierge de Guadalupe, une institution au Mexique. Même ceux qui se disent non pratiquants ou non croyants, ont à cœur de la célébrer. Figure emblématique du peuple latino-américain, elle est celle qui, en 1531, apparut sur la colline de Tepeyac – proche de Mexico, capitale du Mexique – à un berger aztèque, Juan Diego, récemment converti au catholicisme, en lui demandant d’ériger une église en son honneur. Le 12 décembre, la Vierge l’envoie cueillir des roses en pleine saison sèche. Le berger en remplit sa tilma – sorte de manteau – qu’il ouvre ensuite devant l’évêque incrédule. Les fleurs tombent, laissant découvrir, imprimée sur le tissu, une image de la Vierge de couleur « morena » (entendre « brune » ou « métisse ») vêtue d’une robe indigène.

Depuis lors, cette image, qui ne cesse de dérouter les scientifiques – pigments inconnus, yeux particulièrement vivants – est précieusement conservée au sein du sanctuaire construit à l’endroit de l’apparition mariale qui attire près de 20 millions de visiteurs chaque année. On la voit également sur des vêtements, des bracelets et dans d’autres églises du monde entier. Et Paris ne fait pas exception à la règle. À St-Germain l’Auxerrois (1er), paroisse de la communauté latino-américaine à Paris, une réplique a ainsi été installée au printemps 2017. Et à Notre-Dame, une chapelle lui est consacrée depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

« Il y avait cette idée émanant du Mexique d’établir un lien entre la Vierge de Notre- Dame de Paris et celle de Guadalupe », explique Sandra Lupercio, organisatrice de la festivité de Notre-Dame de Guadalupe à Paris. En arrivant en France en 1990, cette Mexicaine s’étonne alors du peu de communication autour de la messe célébrée, le 12 décembre, jour de la fête de Notre-Dame de Guadalupe, dans la chapelle de Notre-Dame. [2] Elle décide de rencontrer le recteur de la cathédrale, imprime des flyers, envoie un mail à son cercle de connaissances – d’origine latino-américaine, européenne ou française – fait venir un groupe de Mariachis.

Au fil des ans, les bancs se remplissent de plus en plus. On décide alors de célébrer la messe au cœur même de la nef de Notre-Dame… Pourquoi un tel succès aujourd’hui ? « C’est le message de la Vierge qui est très puissant, analyse Sandra Lupercio. Un message d’harmonie et d’union au-delà des différences. » « En 1531, le Mexique vivait une période très trouble, explique le P. Cesar Martin Terrones Suazo, aumônier de la communauté latino-américaine à Paris. L’arrivée des Espagnols avait causé de l’appréhension et provoqué la mort de beaucoup de Mexicains. En apparaissant à un Aztèque, la Vierge endosse son rôle de mère. Une mère qui protège ses enfants. » Une mère qui unifie, rassemble. Et nous invite, comme le soulignait le pape François, lors de son homélie, le 12 décembre 2017, à Rome (Italie), à être « une Église au visage métisse » où chacun « puisse se sentir porteur d’une promesse […] à partir du mystère de cette filiation qui, sans effacer les traits de chacun, nous universalise en faisant de nous un peuple ».

Isabelle Demangeat

[1En français : « Ce sont les petits matins que chantait le roi David, comme c’est aujourd’hui ta fête, nous te les chantons à toi. Réveille-toi ma chère, réveille-toi ! »

[2La messe, cette année, aura lieu le mercredi 12 décembre à 18h15 à Notre-Dame. Plus d’informations : notredamedeguadalupe.org

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse