Le MCR, une autre façon de faire Église

En juin prochain, le Mouvement chrétien des retraités (MCR) organise ses 3es Journées du Monde de la retraite, à Lourdes. L’occasion de redécouvrir ce mouvement d’action catholique, lancé il y a 54 ans, qui regroupe aujourd’hui 40 000 adhérents. Monique Bodhuin est la présidente nationale du Mouvement.

JPEG - 3.4 Mo
© D.R.

Paris Notre-Dame – Le Mouvement chrétien des retraités (MCR) est le premier mouvement d’action catholique en France mais souffre d’un manque de reconnaissance. Dans quel but a-t-il été créé ?

Monique Bodhuin – En 1961, André d’Humières, officier de l’Armée française et pilote de chasse durant la Guerre, alors tout jeune retraité, s’est posé la question de la persistance du lien social après le travail. Il n’existait rien, à l’époque, pour les retraités. À l’origine, ce mouvement s’appelait Vie Montante, et réunissait des personnes de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles, dans le but de leur permettre d’approfondir leur foi. Ce mouvement, essentiellement spirituel, a évolué dans la foulée de Vatican II. En 1989, Vie Montante est devenu le Mouvement chrétien des retraités, mouvement d’action catholique. Pour les 50 ans du mouvement, en 2013, nous avons voulu redonner un nouvel élan au MCR, en tenant compte de l’évolution des mentalités : ceux qui partent à la retraite aujourd’hui sont des soixante-huitards, très marqués par un certain individualisme et préférant des opérations concrètes et ponctuelles à un service de longue durée. Nous avons travaillé avec un théologien, le P. Henri-Jérôme Gagey, qui nous a incités à avoir un engagement social plus marqué : le charisme du Mouvement reste le même – évangéliser les retraités et ceux qu’ils côtoient dans leur famille ou leur quartier – mais il s’exprime différemment : c’est une autre façon de faire Église.

P. N.-D. – Les 19, 20 et 21 juin prochains se tiendront les 3es Journées du Monde de la retraite. Pourquoi le choix de ce thème, Quels défis pour ce monde ?

M. B. – En 2000, lors de la première édition, la réflexion portait sur la place des retraités dans la société. Lors de la deuxième édition, cette question a été prolongée, avec pour objectif de bâtir un projet de vie au service des autres. Car le retraité, en s’engageant bénévolement, participe à la cohésion sociale. Cette année, nous allons plus loin en montrant que nous, chrétiens, devons être acteurs de la transformation de notre société. En cela, nous nous inscrivons dans la droite ligne de la pensée du pape François. Lors de ces Journées, nous aborderons un certain nombre de sujets de société, aujourd’hui en profonde évolution : le vivre ensemble, menacé par le communautarisme ; la famille, en perpétuelle mutation ; le défi de la santé, car aujourd’hui, si on peut réparer les corps, jusqu’où doit-on aller ? Et pourquoi ? Il y a aussi le volet du bien vieillir, que nous aborderons notamment avec Marie de Hennezel. Et la dernière table ronde questionnera l’écologie, au sens d’écologie intégrale, à la manière dont le pape François en parle.

Propos recueillis par Priscilia de Selve

Quels défis pour ce monde ?
3es Journées du Monde de la retraite, du 19 au 21 juin à Lourdes (Hautes-Pyrénées).
- Informations et inscriptions : http://mcr.asso.fr
- Contact : 01 43 20 84 20 ; mcr@mcr.asso.fr

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse