« Les jeunes sont venus par amour de l’Église »

P.N.-D. - Quelle était la spécificité des JMJ de Madrid ?

JPEG - 43.4 ko
Monseigneur Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.
Photo : Sophie Lebrun

Mgr Jérôme Beau – C’est une grande chance que ces JMJ se soient déroulées en Europe. Ce continent, qui a beaucoup reçu au long des siècles continuera, par sa jeunesse, à annoncer le Christ. Une puissance de vie est en train de naître dans l’Église d’Europe et de France. Je pense notamment à ce désir que les jeunes manifestent, de construire une vie "autre". Pour preuve, les quelque 50 000 Français présents, signes d’une attente spirituelle forte. Les jeunes que j’ai rencontrés à Madrid sont généreux ; ils se sentent responsables de l’Église et ils aspirent à une formation théologique solide. « Enracinés en Christ et fermes dans la foi », les jeunes oseront répondre à Son appel.

P. N.-D. - Comment ces JMJ sont-elles signe d’espérance dans un contexte économique difficile ?

Mgr Jérôme Beau – Lors de la veillée, samedi, le pape interrogeait chacun : « Comment un jeune peut-il être fidèle à la foi chrétienne et vivre en cherchant à atteindre de grands idéaux dans la société actuelle ? Dans l’évangile que nous avons écouté, Jésus nous donne une réponse à cette question importante : « Comme le Père m’a aimé,moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour » (Jn 15, 9). Oui, chers amis,Dieu nous aime. Telle est la grande vérité de notre vie. » Il les a ensuite encouragés à la confiance : « qu’aucune adversité ne vous paralyse […]. Le Seigneur vous a donné de vivre en ce moment de l’histoire, pour que, grâce à votre foi, Son Nom retentisse sur toute la terre. » Dans les difficultés auxquelles sont confrontées la jeunesse, découvrir que Dieu nous appelle est la porte de la véritable espérance. À Barcelone, dans cette même idée, le cardinal Vingt-Trois a appelé chacun à construire une famille unie dans l’amour ; non pas en étant tributaire de leur histoire familiale mais en se laissant guérir et transformer par l’amour vrai que Dieu nous révèle. C’est ainsi qu’ils seront acteurs dans notre société.

P. N.-D. - Quel élan ces JMJ ont-elles donné au diocèse ?

Mgr Jérôme Beau – La participation de 4400 Parisiens nous manifeste leur désir profond de progresser dans la foi. Avec les 850 jeunes du groupe de St-Germain des Prés, nous avons notamment vécu 24 heures de silence dans l’abbaye cistercienne de Poblet. Cette récollection était la preuve même de l’enracinement spirituel de leur démarche : les jeunes de Paris sont venus par amour de l’Église et par désir de rencontrer le Christ dans la profondeur de leur vie personnelle. Enfin, la messe diocésaine célébrée le 15 août autour du cardinal Vingt-Trois, dans la basilique de la Sagrada Familia, fut un moment extraordinaire pour les nombreux participants.

P.N.-D.-De retour à Paris,quel impact ces rencontres ont-elles dans la vie des jeunes ?

Mgr Jérôme Beau – En venant accompagnés de leurs évêques et de très nombreux prêtres, les jeunes ont vécu « avec le Christ, dans la communion de l’Église », comme l’a souligné le Saint-Père lors de son homélie de dimanche. Cette expérience est un socle, qui va leur permettre de transmettre ce qu’ils ont reçu dans leurs paroisses et leurs aumôneries. Les jeunes n’en sont pas tous au même point de leur itinéraire spirituel, mais ils ont tous envie d’avancer. Ils sauront donc, avec leur communauté, construire et créer la réponse à l’attente de leur génération. Faisons-leur confiance. • Propos recueillis par Laurence Faure

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse