Lourdes et les petits miracles d’Open Source

C’était un rassemblement inédit : Open Source a réuni cet été à Lourdes, du 6 au 9 août, un millier de jeunes de toute la France à l’initiative du diocèse de Paris en collaboration avec les Sanctuaires de Lourdes. Un mois après, plusieurs mots demeurent : « fragilités et grâce », « ressourcement », « guérison ».

JPEG - 310.5 ko
Catéchèse de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes (Hautes-Pyrénées), durant le rassemblement Open Source.
© Sanctuaire N.-D. de Lourdes/Durand

Qui pense « Lourdes » pense eau, miracle, guérison… Marin Jacquot, 22 ans, membre de l’École du Verbe éternel et nouveau (EVEN) à St-­Germain-­des­-Prés (6e), en convient. Pour autant, de retour du pèlerinage Open Source, qui s’est achevé par un rassemblement de plus de 1000 jeunes à Lourdes (Hautes-Pyrénées), du 6 au 9 août, il précise n’avoir « pas vécu personnellement de miracle ; même pas un petit ! » « Je pense qu’il me faudrait une foi à déplacer les montagnes pour en vivre un », plaisante le jeune technicien en maintenance. Inscrit au pèlerinage Open Source « en suiveur », Marin explique avoir fait néanmoins une démarche spirituelle essentielle : « J’étais déjà venu une fois à Lourdes, avec mon lycée. Mais c’était plutôt une découverte des sanctuaires et une expérience du service. Avec Open Source, j’ai vécu un “vrai” pèlerinage. Une démarche de fond, un temps pour me ressourcer. » Pas de miracle sensationnel, donc, à première vue, lors de ce rassemblement inédit, type Journées mondiales de la jeunesse, organisé pour les 18­30 ans par le
diocèse de Paris et le groupe EVEN, avec le diocèse de Nantes (Loire-­Atlantique), les Sanctuaires de Lourdes, la Communauté Saint-­Martin et le mouvement Anuncio. Mais « une guérison nécessaire, que Dieu veut donner », explique le P. Thibaut de Rincquesen, vicaire à St-Germain-des-Prés (6e) et accompagnateur, parmi les quelques quarante prêtres et trente séminaristes présents.

Il précise : « L’accueil de la fragilité humaine, pas seulement physique, est le premier grand relais de la grâce de Lourdes. Nous avons tous besoin de la guérir, y compris les jeunes. » Et de détailler : « Lors d’une catéchèse, Mgr Alexis Leproux, vicaire général du diocèse de Paris, a pointé quatre lieux de blessures et de conversion qui peuvent toucher les jeunes : le langage, lieu de violence et de division, qui est aussi le moyen par lequel Dieu sauve ; la liberté ; la relation humaine – comment développer des relations durables et fraternelles qui nous constituent ; et le corps, don de Dieu, parfois blessé par notre affectivité et notre sexualité, abîmé ou malade. » Pour le jeune prêtre, la recette de guérison proposée cet été par Open Source est donc simple, efficace et « renouvelable à l’infini ! » : « réapprendre la relation par la vie fraternelle ; servir les malades ; recevoir les sacrements lors des grandes célébrations et des temps de confession ; poser les gestes propres à la grâce de Lourdes »… « Le passage aux piscines m’a paru trop expéditif, reconnaît Marin. En revanche, avec les trois jeunes adultes handicapés du groupe EVEN que j’accompagnais, nous sommes allés boire à la fontaine et nous y laver, selon le souhait de la Vierge. J’ai aimé ce moment ­là, calme et très symbolique : se purifier de son péché pour se rapprocher du Seigneur. » « Pour moi, témoigne de son côté Marie Delorme, 27 ans, inscrite avec Anuncio, le miracle de ce pélé, c’est cette jeune de 20 ans qui accompagnait sa grand-mère malade et qui a réalisé du même coup la présence de Dieu dans sa vie. C’est aussi cet éventail de personnes de tous horizons, du « vieux malade très pieux » au « non-catho en recherche. » Et de conclure : « mon petit miracle à moi, cela a été de me ressentir tout petite, comme Bernadette, et en même temps sauvée par la grâce de Marie qui nous accueille à bras ouverts, en communion de prière avec toute l’Église. »

Laurence Faure

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse