Message du pape Jean-Paul II lors du Symposium « Dignité et droits de la personne atteinte d’un handicap mental »

Le 5 janvier 2004.

Extrait.

Le point de départ de toute réflexion est enraciné dans les convictions fondamentales de l’anthropologie chrétienne : la personne handicapée, même lorsqu’elle apparaît blessée dans son esprit ou dans ses capacités sensorielles et intellectuelles, est un sujet pleinement humain, avec des droits sacrés et inaliénables propres à toute créature humaine. En effet, l’être humain, indépendamment des conditions dans lesquelles se déroule sa vie et des capacités qu’il peut exprimer, possède une dignité unique et une valeur particulière dès le début de son existence jusqu’au moment de sa mort naturelle. Le porteur de handicap lui-même, avec toutes les limites et les souffrances par lesquelles il est marqué, nous oblige à nous interroger, avec respect et sagesse, sur le mystère de l’homme. En effet, plus l’on pénètre les zones obscures et inconnues de la réalité humaine, plus on comprend que c’est précisément dans les situations les plus difficiles et inquiétantes que ressortent la dignité et la grandeur de l’être humain. L’humanité blessée de la personne handicapée nous invite à reconnaître, accueillir et promouvoir en chacun de nos frères et sœurs la valeur incomparable de l’être humain créé par Dieu pour être fils dans le Fils.

- Lire toute l’intervention.

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse