« Notre relation à Dieu se joue aussi dans le texte »

Le Vatican a approuvé, début novembre, la nouvelle traduction du missel romain en français. Le P. Olivier de Cagny, supérieur du Séminaire de Paris et liturgiste, nous explique le sens de ces nouvelles formulations qui changeront certaines habitudes des prêtres et des fidèles durant la messe, à partir de l’Avent 2020.

JPEG - 57.7 ko
Le P. Olivier de Cagny est supérieur du Séminaire de Paris et président de la Commission de pastorale liturgique et sacramentelle du diocèse de Paris.
© Marie-Christine Bertin

Paris Notre-Dame – L’approbation de cette nouvelle traduction parachève un long travail entamé en 2002. À quel besoin répondait-elle ?

P. Olivier de Cagny – La nouvelle édition française du missel [1] romain a pour objectif de proposer une traduction plus fidèle au texte latin original (les premières traductions du missel romain en langues vernaculaires datant de la fin des années 1960, après le Concile Vatican II, NDLR). Derrière cette demande initiale de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements à toutes les conférences épiscopales du monde en 2001 : la volonté de favoriser une transmission plus vivante et fidèle de la parole de Dieu et de la prière de l’Église. Comment ? En puisant à la richesse du texte latin – provenant lui-même en grande partie de la liturgie des premiers siècles, dont nous prononçons encore les paroles. Et avec un double souci. D’abord que la traduction « coule bien » et qu’elle soit bien reçue par les fidèles, et ensuite que ce texte puisse vraiment rester une prière et non un lieu de combat idéologique. Je suis donc très heureux que ce beau travail, malgré sa difficulté, ait abouti. Nous savons tous qu’une traduction implique toujours un choix qui peut être, par définition, critiqué. J’y vois en tout cas une véritable recherche de profondeur spirituelle et théologique. Je me réjouis aussi que cette nouveauté nous permettre de redécouvrir les mots et gestes de la messe.

P. N.-D. – Certaines paroles récitées avec habitude durant la messe vont changer. Avez-vous quelques exemples ?

O. C. – Dans la prière eucharistique II, par exemple, au lieu de « Et nous te rendons grâce car tu nous as choisis pour servir en ta présence », les prêtres diront, « Car tu nous as estimés dignes de nous tenir devant toi pour te servir ». On s’est rapproché du sens de l’expression latine coram te (« en ta présence », au sens fort de « dans un face à face inouï »). Autre exemple, au sein du Credo, l’expression « de même nature que le Père », devient « consubstantiel au Père ». Il s’agit ici d’une traduction plus littérale de l’adjectif latin. Dieu est, par nature, Père, Fils et Esprit. Dans l’ancienne formulation, on pouvait penser que les deux natures mentionnées (Père et Fils) étaient distinctes, alors qu’il s’agit vraiment d’une même nature : d’un même être divin dans le Fils et dans le Père. C’est très important car dans la Trinité, il n’y a pas trois Dieux ! Nous pouvons aussi noter dans le Gloria le nouveau pluriel : « Toi qui enlèves les péchés du monde ». Ce qui fait apparaître la notion de péché comme plus concrète et plus incarnée : Dieu pardonne tous les actes à tous les pécheurs. On peut qualifier tout cela de petits changements mais j’espère qu’ils vont être perçus car cela doit nous réveiller !

P. N.-D. – Justement, qu’est-ce que cela change pour les fidèles ?

O. C. – C’est une opportunité de redécouvrir les richesses de la liturgie et de mieux la vivre. Notre relation à Dieu se joue aussi dans le texte, car Dieu s’y incarne tout comme il s’incarne dans la vie des hommes. Les mots choisis peuvent nous permettre d’entretenir une relation plus vraie avec lui. Même si un nouveau mot liturgique peut paraître compliqué et nous demande un effort, on se familiarise avec lui à force de le dire. Il vient enrichir notre prière personnelle et notre compréhension du mystère.

Par Laurence Faure@LauFaur

[1Le missel est le livre liturgique du rite catholique romain dans lequel on trouve tout le texte de la célébration de l’eucharistie.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse