Préface par Mgr Michel Aupetit de l’Exhortation apostolique “Gaudete et exsultate”

Parole et silence - 10 avril 2018

Que chaque instant soit l’expression d’un amour

Nous sommes tous appelés à devenir des saints, ose nous exhorter le pape François à la suite du concile Vatican II dans un texte qui cherche à faire résonner « la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés » (n°1). Comme il nous l’avait déjà dit : « c’est l’invitation à partager la joie du Seigneur, à vivre et à offrir avec joie chaque moment de notre vie, en le faisant devenir dans le même temps un don d’amour pour les personnes qui sont à nos côtés. Si nous comprenons cela, tout change et acquiert un sens nouveau, un beau sens, un sens qui commence avec les petites choses de chaque jour » (Catéchèse de l’Audience générale du 19 novembre 2014).

Il ne faut pas croire que la sainteté soit une prérogative réservée à quelques privilégiés. Non ! La sainteté, c’est Dieu présent à la vie de chacun sur un chemin où chaque petit pas de conversion permet « à sa grâce de mieux se manifester dans notre existence “afin de nous faire participer à sa sainteté” (He 12, 10) » (n°17). La sainteté, c’est l’accueil du Seigneur présent mystérieusement dans la vie de chaque personne pour faire de chaque instant l’expression d’un amour. « Elle n’est pas quelque chose que nous nous procurons, que nous obtenons par nos qualités et nos capacités mais un don, le don que nous fait le Seigneur Jésus, lorsqu’il nous prend avec lui et qu’il nous revêt de lui-même : il nous rend comme lui » (Catéchèse du 19 novembre 2014).

Avec le souci pastoral qui le caractérise depuis le début de son ministère pétrinien, et comme pour souligner l’urgence de son appel à vivre dans la sainteté, le pape François interpelle chaque chrétien à entrer dans ce dynamisme en l’interpellant personnellement, à la deuxième personne du singulier : « pour toi aussi ! ». Nous y sommes conduits par deux méditations développées des Béatitudes (Mt 5, 3-12 ; Lc 6, 20-23) et de la parabole du jugement (Mt 25, 31-46), qui nous ramènent au coeur de la nouveauté évangélique et à la nécessaire conversion de vie pour ceux qui acceptent d’écouter les paroles du Christ. Le Pape, en habile pédagogue, nous met au préalable en garde contre deux grandes erreurs théologiques anciennes, le gnosticisme et le pélagianisme, qui ont traversé l’histoire des hommes et demeurent sous-jacentes à la vie des chrétiens. Particulièrement soucieux de faire passer le peuple de Dieu des paroles aux actes, François n’hésite pas à nous proposer des critères de sainteté pour les temps que nous vivons. On y retrouve en particulier deux signes sur lesquels il est déjà revenu à maintes reprises dans ses catéchèses et discours : la joie et le sens de l’humour.

Enfin, dans la grande tradition spirituelle de l’Église, il conclut par un encouragement au combat spirituel contre le Mal, à la vigilance et au discernement avec l’aide de l’Esprit Saint. Nous accueillons ce riche et stimulant document du pape François dans l’action de grâce, comme un écho pour aujourd’hui de l’exhortation contenue dans la Première lettre de saint Pierre afin qu’« en tout, Dieu soit glorifié par Jésus-Christ » (1P 4,11). Cette nouvelle exhortation apostolique Gaudete et exsultate conduira assurément le chrétien à se convaincre à frais nouveaux que chacun est « un projet du Père pour refléter et incarner à un moment déterminé de l’histoire un aspect de l’Évangile » (n°19). Et donc qu’en définitive, « la sainteté, c’est vivre les mystères de la vie du Christ en union avec lui. Elle consiste à s’associer à la mort et à la résurrection du Seigneur d’une manière unique et personnelle, à mourir et à ressusciter constamment avec lui » (n°20). C’est donc sur un chemin où l’amour, accueilli et donné, est lumière de nos vies, que le pape François veut nous entraîner de sorte que nous devenions signes de sa présence en ce monde. À chacun de nous il dit : « N’aie pas peur de te laisser aimer et libérer par Dieu. N’aie pas peur de te laisser guider par l’Esprit Saint. La sainteté ne te rend pas moins humain, car c’est la rencontre de ta faiblesse avec la force de la grâce » (n°34).

+ Michel AUPETIT Archevêque de Paris

- Voir l’Exhortation apostolique “Gaudete et exsultate”

Interventions

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse