Sur les pas de sainte Geneviève

Premier grand temps fort diocésain pour les élèves des aumôneries parisiennes, le rassemblement des 6e a réuni quelque 650 collégiens dans les rues de Paris, samedi dernier, pour un temps de louange et un grand jeu. Reportage.

JPEG - 295.2 ko
“Mère Teresa” au milieu des enfants.
© Marie-Christine Bertin

« Est-ce que vous avez des mains ? » La question du P. Philippe Néouze s’adresse aux petits groupes de collégiens assis face au jubé de St-Étienne du Mont (5e). Timidement d’abord, puis résolument, les mains se lèvent pour accompagner le chant entonné par les animateurs de cette journée, réservée aux 6e. Le rendez-vous a été donné à St-Étienne du Mont, une des plus belles églises de Paris, et la lumière hivernale qui éclaire la pierre blonde des voûtes met en valeur les merveilles de l’édifice. « Est-ce que votre bouche veut chanter la louange du Seigneur ? » Un oui sonore répond à la question du P. Néouze. « Je vous sens encore un peu frigorifiés. Alors, chantons ! » Et sous les yeux étonnés des touristes qui circulent dans les bas-côtés de la nef, les enfants se remettent à scander les chants entonnés par les animateurs.

Après la louange, vient le temps du spectacle

À la louange et aux chants succèdent enfin le spectacle annoncé. Une pièce montée par Pierre Fesquet, en collaboration avec Damien Ricourt, comédien récemment disparu. Dans une baroque parodie de l’émission The Voice – rebaptisée The Voice of God, Pierre Fesquet et ses comédiens brossent à grands traits le portrait de quatre saintes : mère Teresa, Thérèse de Lisieux, Jeanne d’Arc et enfin Geneviève. Les enfants rient, applaudissent et ovationnent sainte Geneviève, qui déboule dans le chœur déguisée en chevalier Jedi, portée par la musique du film Star Wars. Il faudra toute la patience du P. Étienne Masquelier, aumônier responsable de ce rassemblement, pour ramener un peu de calme avant le temps de prière, devant la châsse de sainte Geneviève.

Un grand jeu dans les rues de Paris

« C’était super, rigole Noé, moi j’ai voté pour sainte Geneviève. » « Moi aussi, rajoute Antoine, elle était géniale avec sa cape et son gant de boxe. » Le temps de prière terminé, place au grand jeu, lancé dans les rues de Paris. Armé d’un plan sommaire et d’un jeu de cartes, les enfants répondent aux questions de leurs animateurs. « Quels sont les insignes de l’évêque ? » demande le P. Ollivier de Loture. « La crosse », « la bague », « l’anneau, corrige le prêtre. Quoi d’autres ? » Les réponses fusent et les enfants repartent, ravis, vers la prochaine étape. Enfin vient le temps du goûter, avant la messe, présidée par Mgr Éric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris. Revenant sur l’histoire de sainte Geneviève et de son courage face aux Huns, ce dernier a tenu à souligner devant les collégiens rassemblés, que le courage de la sainte patronne de Paris puisait sa source dans la prière. « Parce qu’elle avait pris le temps de se poser devant Dieu, de prier, sainte Geneviève n’a pas cédé à la panique et a su prendre les bonnes décisions. » Et reprenant le thème choisi cette année, Mgr de Moulins-Beaufort conclut : « Comme sainte Geneviève, sachons découvrir combien la joie de Dieu est notre rempart. » • Priscilia de Selve

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse