L’Église
Catholique
À Paris

Invitation du Cardinal André Vingt-Trois

« Vous verrez sur cette terre bénie se dresser des sentinelles de l’espérance, qui ont “scruté la fin de la nuit” en méditant sur la promesse de Dieu. »

PDF - 236.1 ko
Invitation du Cardinal André Vingt-Trois aux JMJ Cracovie 2016

Chers amis,

En cette année jubilaire dédiée à la miséricorde, le pape François nous invite aux journées mondiales de la jeunesse, pour que vous puissiez voir la beauté d’une Église toujours jeune, faire l’expérience que vous n’êtes pas seuls, et que vous vivez votre foi au cœur d’un « peuple immense que nul ne peut dénombrer, de toutes langues, races, peuples et nations » (Ap 5,9). Mais le Pape nous invite également à la rencontre d’une nation particulière, la Pologne, une terre aux profondes racines chrétiennes, marquée aussi, à la génération de vos grands-parents, par la violence de la guerre et l’oppression des dictatures athées. Vous verrez combien ce pays est porté par la ferveur du Christ. Vous verrez aussi combien la foi chrétienne y a traversé bien des épreuves, comme l’or passé au creuset et vérifié par le feu. C’est sans doute cela, la miséricorde : le triomphe du pardon de Dieu sur la violence et la haine, le visage du Christ souffrant et ressuscité dans la lumière de Pâques, un Dieu qui a porté nos blessures sur le bois de la Croix, qui a traversé toutes nos misères pour nous donner l’espérance qui ne déçoit pas, car elle surgit des profondeurs de la mort.

Vous verrez sur cette terre bénie se dresser des sentinelles de l’espérance, qui ont « scruté la fin de la nuit » en méditant sur la promesse de Dieu (Ps 118). Pour ne citer que certains témoins majeurs, sainte Faustine, qui reçut avant la guerre la révélation de la Miséricorde du Christ pour le monde, saint Maximilien Kolbe, qui donna sa vie à la place d’un prisonnier et mourut au camp d’Auschwitz dans le « bunker de la faim », témoin de la lumière de Jésus au cœur des ténèbres, sainte Édith Stein, Thérèse Bénédicte de la Croix, carmélite née juive et morte en camp par fidélité au Christ et communion avec son peuple, le bienheureux Popieluszko, prêtre martyr du communisme, habité d’une soif de justice qui lui donnait un grand courage prophétique, et bien entendu saint Jean Paul II, que vous verrez partout car les polonais en sont fiers, cet « homme en blanc » qui traversait les foules immenses en apôtre infatigable de la miséricorde de Jésus et de la puissance de son pardon.

Nous aurions bien des raisons de nous enfermer dans le doute et la méfiance, de nous barricader dans la citadelle de nos peurs, de nous endormir dans la tristesse devant la montée d’une violence fanatique drapée des apparences religieuses, devant la misère des plus pauvres qui viennent frapper aux portes de l’Europe, devant les incertitudes de l’avenir ou devant les persécutions de nos frères chrétiens d’Orient. Nous avons sans doute bien des raisons d’être dans la peine, mais je vous montre la Croix du Christ comme notre unique raison d’espérer, envers et contre tout. Si chaque homme porte sa nuit, chaque homme peut aussi marcher à la lumière. Et lui, Jésus, est la lumière du monde !

« Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ». C’est la Béatitude choisie par le pape François pour nous guider dans ces journées de pèlerinage. Nous ne combattons pas le mal avec les armes ou les richesses du monde, nous nous battons les mains vides et sans armes, avec un cœur de pauvre qui accepte de tout recevoir de Dieu, et qui sait que sa seule joie est celle du Christ ressuscité. Chers jeunes, le monde a tant besoin d’une parole de pardon qui nous fasse sortir du cycle de la violence, d’une parole d’espérance au cœur d’une société souvent implacable dans son accusation ! Seul le pardon du Seigneur peut vraiment « libérer » votre liberté de tous ses esclavages ! Allez à la rencontre de la Miséricorde et laissez-vous réconcilier avec Dieu. Habitez la terre dans l’espérance du Royaume ! Au terme d’une année missionnaire dans le diocèse de Paris, n’oubliez pas que, s’il y a une « joie de la mission », il y aussi une « mission de la joie », celle de témoigner de l’amour de Jésus victorieux du Mal. Devenez des apôtres de sa Miséricorde !

Rendez-vous à Cracovie, que le Seigneur et la Vierge Sainte vous bénissent tous !

+ André cardinal Vingt-Trois
Archevêque de Paris

Avant le départ

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse