Le chant, au service de la parole de Dieu

Les 25 et 26 novembre prochains se tiendra à Paris la 2e édition d’Ecclesia Cantic, une manifestation qui rassemble les amoureux du chant liturgique.

En mai 2016, cinq cents jeunes entre 18 et 35 ans participaient, à Grenoble (Isère), au premier grand rassemblement national dédié au chant liturgique. Ecclesia Cantic était né. Porté par la pastorale des jeunes du diocèse de Grenoble-Vienne, ce ras- semblement « répond à l’appel du pape François, en faveur du renouvellement qualitatif du chant liturgique » indique Alyette de Béru, responsable des parte-nariats au sein de l’équipe organisatrice.

Masterclass et table ronde

L’édition 2017, qui se tient à Paris, mêle masterclass, conférence et table ronde, avec des intervenants de tous horizons. Aucun pré-requis musical n’est néces-saire. Tous ceux qui souhaitent s’engager, via le chant, au service des paroisses et de l’action missionnaire peuvent s’ins-crire [1]. « Un des grands mérites de cette manifestation, souligne le P. Olivier de Cagny, président de la commission diocésaine de la pastorale liturgique et sacramentelle, qui participe à la table ronde, est de faire bouger les lignes, en rappelant l’importance du chant dans la liturgie, tout en veillant au respect de ce que demande l’Église. À savoir que le chant soit au service de la parole de Dieu, en cohérence avec les rites célébrés, afin d’en accentuer la beauté. »

Faire transparaître l’Invisible dans le visible

Une des forces du chant rappelle le P. de Cagny, « est d’impliquer la totalité de l’être humain ». Effectivement, « le chant est quelque chose de corporel, souligne Sr Marie-Aimée Manchon (f.m.j), enseignante en liturgie et en philosophie au Collège des Bernardins. « Quand nous chantons, nous mobilisons tout notre être, notre voix, notre souffle. Le chant oblige à être pleinement dans la prière, à être présent et disponible à la grâce de Dieu, et à l’être ensemble. » La masterclass qu’elle anime lors de cette édition s’intitule La liturgie corps et âme. « Mon objectif est de montrer comment le chant liturgique transforme notre rapport au monde, d’une manière autre que le chant profane. On ne devrait pas sortir de la messe comme on y est entré. Car la beauté de la liturgie dit quelque chose de Dieu. Parce que le chant nous fait goûter à la présence divine qui nous transforme, il peut aider à laisser transparaître l’Invisible dans le visible. Le chant liturgique révèle, au fond, ce pour quoi nous sommes faits : la louange. »

Priscilia de Selve

JPEG - 255.2 ko
Le concert, samedi 25 novembre au soir à St-Sulpice (6e), est ouvert à tous.
© D. R.

Un concert ouvert à tous les Parisiens, et réunissant les participants à ce week-end, se tiendra le samedi 25 novembre à 20h à St-Sulpice (6e). Par ailleurs, un temps d’évangélisation par le chant, dans les rues de Paris, est organisé ce même samedi après-midi, pour ceux qui le souhaitent.

Plus d’infos
www.ecclesia-cantic.fr

[1Inscriptions avant le 15 novembre sur le site www.ecclesia-cantic.fr.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse