Une soirée à servir dans le « Maxim’s des restaurants solidaires »

Ouvert en mars dernier dans les locaux du Foyer de la Madeleine, le restaurant solidaire Refettorio offre, cinq jours par semaine, le dîner à des personnes en situation de précarité. Invité à servir aux côtés de l’équipe jeune et branchée, Paris Notre-Dame vous fait revivre cette soirée.

JPEG - 420 ko
© Isabelle Demangeat

Ils préviennent d’emblée. Pour un reportage au sein du Refettorio, le journaliste doit se prêter au jeu, revêtir un tablier et… servir les convives à table. Pas si étonnant, en y pensant. Car le Refettorio du Foyer de la Madeleine est l’un de ces lieux expérimentaux en vogue dans les milieux branchés parisiens. Lancé grâce à l’artiste en vue, JR, et au chef italien triplement étoilé et mondialement connu, Massimo Bottura, il offre à des personnes en situation de précarité un dîner préparé et confectionné grâce à des produits invendus, par un chef : Maxime Bonnabry-Duval. À 28 ans, ce cuisinier féru de « l’anti-gaspi » use de son imagination pour préparer un menu ce vendredi soir. Dans son panier : des ravioles à l’aubergine, des courgettes, diverses pièces de bœuf, des rillettes de thon ou encore de la sauce tomate… Il transformera le tout, grâce à son commis et à trois volontaires, en un menu – amuse-bouche, entrée, plat et dessert – digne d’un restaurant bien noté. Car l’idée du Refettorio n’est pas seulement de nourrir des personnes dans le besoin, mais bien de leur offrir une vraie expérience de restauration. « Toute personne est digne du meilleur » est le leitmotiv. Ainsi, aux volontaires réunis avant de lancer le service, on demande de ne pas tutoyer les invités, de les interroger sur leurs allergies ou intolérances particulières, de ne poser aucune question sur la vie privée… Quelques minutes avant l’ouverture des portes, les tables sont réparties. Je récupère une table de deux, une de six et une de quatre. Il est 18h25. L’ambiance est tamisée. Il y a comme un air de calme avant la tempête. Sentiment renforcé par les nuages accrochés au plafond et confectionnés par JR. Justement, le voilà qui court dans les allées. Les portes s’ouvrent. Les invités entrent. Après avoir déposé leurs affaires au vestiaire, ils prennent place autour des tables. Ils s’appellent Nadia, Stéphane, Gérard… Ont des voix, des tailles, des visages différents et vivent des réalités sociales bien diverses. Mais tous affichent un large sourire. Celui-ci deviendra encore plus grand quand Élise Lucet, journaliste invitée ce soir par JR, traversera les allées, une assiette à la main. Le rythme est dense. J’en perds mon stylo, oublie de servir un amuse-bouche ou de remplir cette carafe. Pas le temps de boire un verre d’eau ni de filer aux toilettes. Qu’importe. Les mines de ces convives, heureuses et apaisées, le valent bien. Eux confient avoir dîné, dans le nec plus ultra, le « Maxim’s des restaurants solidaires ». J’écris aujourd’hui avoir vécu le « Maxim’s des services ».

Par Isabelle Demangeat

www.refettorioparis.com

L’aventure des Refettorii
- Lancée en 2015 lors de l’exposition universelle de Milan, l’expérience du Refettorio gérée par l’association Food For Soul fondée par Massimo Bottura, se vit aujourd’hui dans différents coins du globe. L’artiste JR lança l’idée d’en créer un en France.
- L’entrée au Refettorio se fait grâce à une carte. Celle-ci est délivrée, gratuitement, par des associations partenaires qui les attribuent en fonction des besoins des personnes.
- Situé dans les soubassements de l’église de la Madeleine (8e), le Foyer de la Madeleine est un restaurant social qui sert, le midi, plus de 250 repas pour les actifs du quartier et les personnes de passage à des prix raisonnables. Avec l’aide de l’association Ozanam Madeleine, il peut servir des repas à des personnes dans le besoin au prix d’un euro.

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse