Diacre permanent : appelé à servir ses frères

Samedi 5 octobre 2013, à 10h, à N.-D. de Paris, Mgr André Vingt-Trois ordonnera quatre diacres permanents. En ce démarrage de l’Année de l’appel, nous avons voulu comprendre leur cheminement. Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris, en charge du diaconat permanent, nous explique comment ils peuvent être des relais de l’appel en paroisse.

JPEG - 470.3 ko
Ordinations diaconales à Notre-Dame de Paris en 2012.
© Yannick Boschat

P. N.- .D - Quel est le rôle des diacres permanents par rapport à l’appel ?

Mgr Jérôme Beau – Ce sont d’abord des hommes appelés par Dieu. Il est essentiel d’être appelé soi-même pour pouvoir appeler une autre personne, car on ne doit pas le faire dans son intérêt mais pour le service des autres, pour annoncer la Bonne Nouvelle du salut. Par ailleurs, la mission du diacre est de témoigner de la charité de Dieu pour le monde, en rendant visible ce que vit l’ensemble de la communauté paroissiale. La présence d’un diacre appelle une paroisse à se dépasser pour le service des autres.

P. N.-.D – Sont-ils un relais de l’appel de Dieu entre les communautés paroissiales et les prêtres ?

Mgr J. B. – Je ne le formulerais pas de cette façon. Chacun dans une communauté, au nom de son baptême, peut et doit appeler des hommes et des femmes à an noncer le Christ. Toutefois, il est vrai que la mission du diacre est spécifique et complémentaire de celle du prêtre : il doit susciter dans sa paroisse cette dimension de l’appel. Par son ministère ordonné, il permet à une communauté de ne pas se refermer sur elle-même et que chacun de ses membres soit des relais d’appel. Une paroisse où un diacre est présent peut aussi souvent compter sur de
nombreux laïcs engagés dans la dynamique missionnaire.

P. N.-.D - Quel est le rôle de leurs épouses ?

Mgr J. B. – Elles suivent avec eux la formation au diaconat de trois ans et elles sont aussi appelées à dire oui à l’ordination de leur mari. Certaines collaborent ensuite avec leur mari pour une mission, d’autres non. Il n’y a pas de règle. Ce qui est important, c’est que le diaconat vienne féconder et transfigurer le sacrement du mariage et leur vie de famille. • Propos recueillis par Céline Marcon

Articles

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse