Cardinal François Marty

(1968-1981)

Né le 18 mai 1904 à Pachins (Aveyron), mort le 16 février 1994, inhumé à Pachins.

Son épiscopat, traversé de crises, fut souvent douloureux : mai 1968, intégrisme (avec l’occupation de Saint-Nicolas du Chardonnet), contestation dans le clergé, chute des vocations et de la pratique.

Il prit de nombreuses initiatives : instauration du diaconat permanent, implantation de nouvelles communautés (Fraternité monastique de Jérusalem à Saint-Gervais).

Il encouragea l’apostolat des laïcs, appliqua les réformes administratives décidées par le cardinal Veuillot : suppression de la hiérarchie parmi les vicaires et des avantages matériels (casuel), mobilité accrue des prêtres par l’exercice de fonctions à temps.

Après avoir accueilli le pape Jean-Paul II (mai 1980), il se retira au couvent des dominicains de Monteils (Aveyron).

Il est décédé, happé par un train au volant de sa voiture, près de Villefranche-de-Rouergue.

« Je crois que nous nous méprenons parfois sur l’espérance de nos contemporains. Nous la sous-estimons. Chaque fois qu’ils peuvent parler, je constate combien les hommes et les femmes d’aujourd’hui ont soif d’une vie transfigurée, je constate combien ils attendent la rencontre de quelque chose qui est quelqu’un ; et ce Quelqu’un nous a été révélé en Jésus de Nazareth. »
Cardinal François Marty, Prophètes de la joie, Cerf, p. 102

Chronologie des archevêques

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse