Recevoir le pardon de Dieu

« Confessez-vous, remettez au centre le sacrement de réconciliation » - C’est l’appel que le pape François adresse à chacun de nous. Il nous encourage à reprendre le chemin de ce sacrement car c’est là qu’est concrètement communiquée la miséricorde que Dieu donne et qui fait avancer sur le chemin de la vie chrétienne.

Sainte Thérèse de Lisieux nous dit que le cœur de Dieu brûle d’amour pour nous : « Si j’avais commis tous les crimes possibles, j’aurais toujours la même confiance, je sens que cette multitude d’offenses serait comme une goutte d’eau jetée dans un brasier ardent. »

Une œuvre de miséricorde à réaliser par la catéchèse
Lorsque la catéchèse propose des démarches de découverte ou d’approfondissement des sacrements, notamment de la réconciliation, elle exerce une œuvre de miséricorde pour rendre le cœur du Père accessible aux jeunes.

Une triple exigence pour les animateurs en catéchèse
• Être décomplexé vis-à-vis de ce sacrement et se donner les moyens de le vivre personnellement
• En parler avec joie
• Ne pas projeter ses propres difficultés en en parlant aux enfants et adolescents.
Un enjeu double pour les jeunes :

1. Dépasser la peur de se confesser et redécouvrir certains aspects très positifs de ce sacrement :
Se reconnaître pêcheur devant Dieu permet de ne pas désespérer de sa faute et donc de soi :
« Si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur » (1Jn3, 20)
La parole d’aveu brise l’enfermement de la culpabilité vis à vis de celui que j’ai offensé.
Recevoir le pardon, c’est accepter de ne pas être le juge ultime de sa propre vie, du monde, c’est se décentrer de soi-même.

2 . Vivre une bonne habitude à l’enfance ou l’adolescence « c’est gagné pour la vie ! »
Une démarche progressive dans une perspective pastorale : non pas simple préparation à un évènement ponctuel, mais chemin de croissance spirituelle :
Accueillir les jeunes avec soin, tels qu’ils sont, là où ils en sont.
Favoriser une progression : par la formation de la conscience, l’éducation au jugement moral, les aider à passer d’une confession trop générale à la confession du péché précis. Une idée : faire un examen de conscience à partir des 10 commandements.
Proposer la célébration du sacrement, fréquemment, et préparer les jeunes
Veiller à la suite du sacrement : entretenir la mémoire de la grâce du sacrement reçu, découvrir comme elle éclaire et irrigue l’ensemble de la vie et des relations, plus généralement favoriser une relecture de sa vie. Une idée : faire le point sur des pardons à donner à soi-même, à ses proches, à ceux que l’on a pu blesser.

Les dix commandements

« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude.
Tu n’auras pas d’autres dieux que moi.
Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur ton Dieu à faux...
Observe le jour du sabbat pour le sanctifier.
Honore ton père et ta mère.
Tu ne tueras pas.
Tu ne commettras pas d’adultère.
Tu ne voleras pas.
Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain.
Tu ne désireras rien de ce qui est à ton prochain. »

Deutéronome 5

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse