Se préparer au sacrement du pardon avec l’Evangile de la Transfiguration (Mt 17, 1-9)

Méditation - Préparons-nous à recevoir le pardon de Dieu avec le récit de la Transfiguration de Jésus que nous entendons le 2ème dimanche de carême de l’année A. (12 mars 2017)

Voir aussi Le sacrement du pardon et de la réconciliation avec les enfants

Nous nous préparons à recevoir le sacrement de réconciliation en méditant la parole de Dieu. Elle nous éclaire lorsque nous regardons de près nos actes ; ceux qui nous rapprochent du Seigneur et ceux que nous préférerions tenir dans l’obscurité. Dieu pardonne à ceux qui se présentent devant Lui dans la confiance et la vérité.

Je demande à l’Esprit Saint d’éclairer maintenant ma conscience, ma mémoire, mon intelligence. Pour entrer dans la prière à l’écoute de sa parole, je fais le signe de croix : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Viens Esprit Saint, qui donne la sagesse. Aide-moi à faire la vérité dans ma vie pour me préparer à recevoir le pardon que Dieu le Père donne par son Fils Jésus Christ. »

Lisons ou écoutons l’évangile de saint Matthieu au chapitre 17, verset 1 à 9.
Juste avant cette scène, Jésus a annoncé à ses disciples qu’il allait beaucoup souffrir, qu’il allait être tué et qu’il ressusciterait le troisième jour.

Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve toute ma joie : écoutez-le ! »
Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Je laisse l’Esprit Saint éclairer mon cœur, ma mémoire et mon intelligence. Dieu ne veut qu’une chose : que nous ayons la vie et la vie en abondance. En nous rappelant nos actes, regardons si parfois nous refusons ce cadeau de la vie.

Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne.

Jésus a quelque chose d’important à montrer à ses amis proches, Pierre, Jacques et Jean. Il n’emmène qu’eux trois. Où les emmène-t-il ?

Toi aussi, laisse-toi emmener par Jésus aujourd’hui ; laisse-le te conduire à l’écart, loin du bruit et des distractions pour un moment. Il a quelque chose à te dire qui nécessite le silence. Dans la Bible, le sommet de la montagne est le lieu de la rencontre avec Dieu. Laisse Dieu t’approcher : Il a une bonne nouvelle pour toi.

Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.

Étonnant spectacle ! Le visage de Jésus change d’apparence et même ses vêtements sont transformés. Quelques mots suffisent pour évoquer l’éclat inhabituel de toute sa personne : brillant, soleil, blancs, lumière. Quelle est cette lumière ?

Jésus veut montrer quelque chose à ses proches. Mais que comprennent-ils ? Que comprends-tu, toi ? Cela annonce-t-il quelque chose sur Jésus ?

Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.

Voilà maintenant une réunion au sommet ! Moïse et Élie sont de grandes figures de la Bible que tu connais. Qui est Moïse ? Qui est Élie ?
Ce sont de grands prophètes proches de Dieu. Tu te souviens peut-être que Dieu a fait monter Moïse sur une haute montagne pour lui faire un don précieux : les tables de la Loi, les dix paroles pour vivre avec Dieu.

Écoute Jésus nous rappeler quel est le premier commandement reçu par Moïse : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. ».

C‘est le moment de me demander la place que je donne à Dieu dans ma vie. Est-ce que je pense à lui ? Est-ce que je l’oublie ? Est-ce que je le prie ? Est-ce que parfois je choisis de faire un acte qui montre que je ne l’aime pas assez ?

Jésus ajoute le second commandement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Regarde Jésus pour mesurer quand tu t’es éloigné de lui et examine ta vie. Jésus est amour, il est patient, serviable, il n’est pas envieux, il ne se vante pas, il ne se gonfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il n’est pas intéressé, il ne s’emporte pas, il n’entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de voir l’autre dans son tort, mais il se réjouit avec celui qui a raison ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. Et moi ?

Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »

Pierre propose de monter des tentes car c’est le moment de la grande fête juive, Souccot, où l’on s’installe sous la tente pendant huit jours. On se rappelle ainsi la vie de nomade au désert où l’on était libre, enfin délivré de l’esclavage d’Égypte et où TOUT dépendait de Dieu : nourriture, eau, organisation de la vie, prière… Là Dieu éduquait son peuple à s’en remettre totalement à Lui, à lui faire confiance.

Célébrant la liberté dans la confiance en Dieu, Souccot est une fête de joie et Pierre tout à la fête, dit « Il est heureux que nous soyons ici ! ».

Dans ta vie, dis-tu à Dieu que tu t’appuies sur lui ou comptes-tu sur toi seulement ? Est-ce une bonne nouvelle de devoir s’appuyer sur Dieu ? Que fais-tu de la liberté qui t’est donnée ? En fais-tu quelque chose de bon ? T’en sers-tu toujours pour toi-même ? Écoutes-tu sans réfléchir les mauvaises idées ? Réfléchis-tu aux conséquences de tes actes quand tu dois décider ?

Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve toute ma joie : écoutez-le ! »

Quelle est cette nuée ? Souvent présente dans la Bible, elle montre que Dieu est présent. Attention, Dieu va parler. Et que dit-il ?

Des choses qu’il a déjà dites au moment du baptême de Jésus par Jean-Baptiste. S’il les répète, c’est qu’il faut vraiment les écouter :
Dieu dit que Jésus est son Fils, donc qu’il est le Fils de Dieu.
Dieu dit qu’il aime son Fils. Il le dit deux fois, c’est dire s’il l’aime ! Fils bien-aimé et tout son amour de Dieu et de Père est en lui.
Dieu dit : écoutez-le !

Et toi, crois-tu que Jésus est le Fils de Dieu ? Que Dieu est cet amour infini ? Crois-tu qu’il t’aime ? L’écoutes-tu quand il te fait signe ? Quand te parle-t-il ? Quand quelqu’un a besoin de toi. Quand quelqu’un te demande un service, ton attention, une parole, un sourire. Ou rien, car quelquefois on pense que l’on est seul. Cherches-tu celui qui aurait besoin de toi et ne le demande pas ? Écoutes-tu le Seigneur qui parle alors à ton cœur ou détournes-tu ton attention pour ne pas être dérangé ?

Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.

De quoi ont-ils peur ? Ils se jettent par terre et cachent leurs visages, pourquoi ? Ils savent bien qu’on ne peut pas regarder Dieu face à face sans être traversé par le feu brûlant de son amour infini qui consume tout ce qui n’est pas amour en nous. Ils savent bien qu’ils n’aiment assez ni Jésus ni son Père. Ils savent bien qu’ils ne l’écoutent pas toujours.

Nous aussi. Nous ne sommes pas prêts à regarder Dieu face à face. Qui va enlever tout ce qui n’est pas de l’amour, tout ce qui nous abîme, nous blesse, nous empoisonne ?

Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : «  Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.

Lorsque nous réalisons ce que nous avons fait et que nous le disons à Jésus par l’intermédiaire d’un prêtre ; lorsque, nous avons le désir d’écouter à l’avenir le Seigneur, alors il peut nous pardonner. Car c’est en vérité que nous sommes face à lui, confiants en sa miséricorde infinie. Allons demander le sacrement de pénitence et de réconciliation, il est fait pour cela, pour retrouver le face à face avec Jésus.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »
Pourquoi Jésus demande-t-il de garder secret cet événement incroyable ? Il leur a déjà dit qu’il allait bientôt être arrêté, jugé, condamné à mort, crucifié. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour ses amis qui sont désemparés. Ce qu’ils ne peuvent pas encore comprendre, c’est que la mauvaise nouvelle de sa mort est en fait une bonne nouvelle pour le monde puisque c’est ce qui va le sauver.

Alors Jésus leur donne, juste à eux trois, les amis proches, un aperçu de ce qu’il sera après la résurrection, dans la gloire, transfiguré pour toujours, une fois les épreuves passées. La bonne nouvelle c’est la victoire éternelle de Dieu sur la mort. Et elle nous concerne tous. Nous sommes tous appelés à être transfigurés avec Jésus.

Écoutons-le parler à notre cœur. Il sait tout de nous et attend que nous lui parlions. Patiemment.

Durant la semaine, je repense à tout cela, j’examine mes actes, j’observe ce que mon cœur ressent (de la joie ou un malaise ?), ce que mon intelligence me révèle (est-ce vrai ou faux ?) et ma conscience me dicte (est-ce bon ou mauvais ?). Je confie tout cela à Jésus sur qui je m’appuie avec confiance dans la prière.

Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.
Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père a retenti : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ! »
Gloire au Christ, Parole éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.

Contact

- Éveil à la Foi
Catherine LEBRUN
clebrun@diocese-paris.net
Téléphone : 01 78 91 91 47

Malette d’activité

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse