L’Église
Catholique
À Paris

Fécond silence

Chronique de Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris : « Le silence n’est pas le vide. Le silence est une grâce. Dans une société agitée, le silence est un don. Dans une vie bruyante, le silence est précieux. Le silence est fécond car Dieu est présent dans le silence. »

- Réécouter les émissions sur Radio Notre Dame

Chronique Fécond silence
Diffusée les 23 et 26 mai

« La parole est d’argent, le silence est d’or » affirme le dicton. Lors du pèlerinage du Frat à Lourdes, l’expérience du silence était saisissante. Tandis qu’une célébration commençait, assez bruyamment dans la basilique, le Père Deneck présenta aux jeunes pèlerins un gros sablier. Puis les invita à une prière intérieure. En silence. Durant 3 longues minutes. Expérimenter le silence total tandis qu’on est 10 000 lycéens, est un acte fort. Car pour que 10 000 personnes fassent silence, il faut une décision de chacun. C’est pour cela que l’on sent une force incroyable. C’est une démarche de confiance. C’est un acte de foi.

Après sa retraite de confirmation, Laury, une lycéenne m’écrivait : « J’ai appris beaucoup de choses pendant la préparation de ma confirmation. Nous n’avons pas forcément l’obligation de faire une prière compliquée mais un simple signe de croix ou un Notre Père peuvent suffire. Deuxièmement, c’est dans le silence que l’on peut trouver le Seigneur [1] ». La prière dégage les essentiels ; le silence donne le courage d’agir.

Le silence n’est pas le vide. Le silence est une grâce. Dans une société agitée, le silence est un don. Dans une vie bruyante, le silence est précieux. Le silence est fécond car Dieu est présent dans le silence (comme l’affirme Jean de la Croix) : « Le Père céleste a dit une seule parole : c’est son Fils. Il l’a dit éternellement et dans un éternel silence. C’est dans le silence de l’âme qu’elle se fait entendre [2] ». Non le silence n’est pas le vide intérieur. C’est la rencontre confiante de l’hôte intérieur. C’est le cœur à cœur.

La tentation, c’est de fuir. C’est de compenser l’absence par des artifices. Le secret, c’est d’oser le silence. Demeurer. Durer dans le silence. « Il est vivant le Seigneur en présence de qui je me tiens ! »

[1Laury, 15 ans, Charles Péguy 2009

[2Saint Jean de la Croix, Maxime 307

Culture de l’appel : Chronique audio de Mgr de Dinechin

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse