L’Église
Catholique
À Paris

Je manque de confiance en moi

Chronique de Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris : « Souvent des jeunes expriment leur douleur : comment puis-je prendre confiance en moi ? Ce manque de confiance en soi est source d’anxiété pour beaucoup. Comment y remédier ? J’aborde le rôle de l’examen de conscience : ce temps offert chaque soir à Dieu pour lui remettre ma journée. »

Chronique Mgr de Dinechin Je manque de confiance en moi

- Réécouter les émissions sur Radio Notre Dame

Chronique Je manque de confiance en moi

Diffusée les 13 et 16 juin 2014

Je manque de confiance en moi. Souvent des jeunes expriment leur douleur. Comment puis-je prendre confiance en moi ? Ce manque de confiance en soi est source d’anxiété pour beaucoup. Comment y remédier ? J’aborde ce matin le rôle de l’examen de conscience. Ce temps offert chaque soir à Dieu pour lui remettre ma journée. Qu’est-ce que l’examen de conscience ? Voilà ce que m’exprimait une collégienne : « Chaque soir avant de m’endormir, je consacre un peu de mon temps à Dieu. Je fais le signe de croix puis je raconte ma journée au Seigneur, je lui fais part de mes inquiétudes, de mes joies ; je lui demande pardon, je le remercie, je lui demande conseil. Je lui demande de veiller sur mes proches et moi-même. Cela m’apaise et me remplit de joie. Je peux ensuite m’endormir l’esprit serein [1] ». Tout est dit : mémoire : je raconte ma journée. Confiance : je demande pardon, je remercie. Paix : cela m’apaise, je peux m’endormir l’esprit serein.

Comment prendre confiance en moi ? Thérèse de l’Enfant Jésus a inventé un petit rite génial pour ses jeunes sœurs novices au Carmel. En été, le soir, elle envoie ses sœurs ramasser les pétales de fleurs sous les rosiers du jardin. Puis on se réunit au pied du grand calvaire en pierre dans le cloitre. Et là, on chante des cantiques et on lance les pétales de roses sur le Christ, essayant de toucher son visage. Une pluie de roses se répand au pied du calvaire. Et Thérèse d’expliquer : le soir, c’est le moment de recueillir ce qu’on a fait durant la journée – l’examen de conscience - : les bonnes actions pour les offrir au Christ. Nos péchés pour lui demander pardon. Or nos bonnes actions n’ont pas par elles-mêmes une vertu rédemptrice, car elles sont toutes entachées d’imperfection. Seule l’offrande du Christ change la face du monde. Et seules nos bonnes actions assumées par le Christ participent à changer la face du monde. Tout l’enjeu de l’offrande du soir, c’est de toucher la face du Christ, c’est-à-dire que le Christ assume nos offrandes dans son offrande. Géniale intuition de Thérèse pour permettre à ses jeunes novices d’exercer le sacerdoce baptismal !

Prendre confiance en moi ! La tentation, c’est de douter que ma journée intéresse le Seigneur. Le chemin, c’est d’oser l’offrande du soir. Oser le don de soi, chaque soir. Oser la confiance. « C’est la confiance, rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour ».

[1Marie B. 14 ans.

Culture de l’appel : Chronique audio de Mgr de Dinechin

Horaire de messes
Faire un don
Trouver ma paroisse